««« dou­ceur »»»

« douceur », « douceurs » ou « le doux » dans :
Saint-Gelais
1547
~ Si j’ai du bien…
Phi­lieul
1548 [1555]
~ Ô doux dédains… (Canz., 205)
Ron­sard
1552
~ Doux fut le trait…
~ Ce ne sont qu’haims…
Baïf
1552
~ Dans ces coraux…
~ Haute beauté…
1555
~ Rien étreindre ne puis…
~ Ô beaux yeux azurins…
~ Doux dédain, douce paix…
1573
~ Ore de mal en bien…
Le Caron
1554
~ Où prit Jupin…
~ Ni les hon­neurs…
Pas­quier
1555
~ Et de ses yeux…
La Gra­vière
1558
~ Qu’est-ce qu’Amour?…
Magny
1559
~ De nuit au ciel…
d’Espi­nay
1560
~ Lorsque tous cois…
~ Ce ne fut pas…
Grévin
1560
~ Allons, Belle, sous ce rosier…
Ellain
1561
~ L’amitié libre…
Belleau
1572
~ Qu’on mesure l’eau des rivières…
Jo­delle
1574
~ Que n’ai-je mes esprits…
Jamyn
1575
~ Somme léger…
Chante­louve
1576
~ En noble sang…
Hes­teau
1578
~ Avoir d’un bref repos…
Le Loyer
1579
~ Sous un voile mortel…
Cathe­rine Des Roches
1579
~ Belle plutôt les eaux…
1583
~ La Beauté, la doctrine…
Cour­tin
1581
~ Il était jour…
~ Ô doux propos…
~ Rien ne me plaît…
La Jessée
1583
~ Ô ris comblé…
~ Ce que l’orage fier…
~ Je te sondais ainsi…
Cornu
1583
~ Mon Dieu le beau téton…
Trel­lon
1587
~ De la bouche, des yeux…
Poupo
1590
~ Il n’y a pas au bord…
Expil­ly
1596
~ Avant qu’une autre Dame…
~ Cypris, Pithon, Minerve…
Las­phrise
1597
~ J’ai vu les belles fleurs…
~ Madame fit emprunt…
~ La Courti­sane…
Vatel
1601
~ J’aime l’oiseau qui fait…
Lope de Vega (Lancelot, traduc­teur)
1622
~ Tous les ruis­seaux ouverts…
Mar­beuf
1628
~ Beau corail soupi­rant…

~#~














 

Douceur. Miel­leuse ou em­miel­lée, am­bro­sine, friande, sa­vou­reuse, traître, amiable, dé­li­cieuse, con­fite, amor­çante, nec­ta­rine, délec­table, gra­cieuse, allé­chante ou alli­chante, hu­maine, affri­an­dée, cour­toise, bé­nigne, at­trayante ou at­ti­rante, fé­mi­nine, blan­dis­sante, ap­pâ­tée.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 84r° [folioté 87 par erreur] [Gallica, NUMM-50715, PDF_174]
(texte modernisé).

[Adouci /-ie /-s. Luc ou luth, nectar, pas­sions, prin­temps, ris, sou­pirs, sou­ris, Zé­phyre.]

[Aigre-douce /aigres-douces. Amou­reuse ou amante, orange, pommes.]

[Douce geôlière. Amou­reuse ou amante.]

[Douce nourrice. Cérès.]

[Douce-aigrette. Fraise.]

[Douce-contraire, douce-enne­mie, douce-fière, douce-guer­rière, douce-inhu­maine, douce-rebelle. Amou­reuse ou amante.]

[Doucelet. Tintin, ventre.]

[Douce­reux /-euse. Appât, chant et chan­son, fruits ou frui­tages, herbe, lait, miel, nec­tar, odeur bonne, pât, pâ­tis, pâ­tu­rage ou pâ­ture, plai­sir, poé­trons, saveur, sucre, vers, Zé­phyre.]

[Doucet /-ette. Ado­nis, Amour, Cupi­don, mi­gnar­dise ou mi­gno­tise, plume, ris.]

[[Ma] douceur. Nos amou­reux tran­sis […] en leurs écrits, prin­ci­pa­le­ment vers celles dont ils espèrent ob­te­nir quel­que fa­veur, […] appellent [ainsi leur] amou­reuse ou amante.]

[Doux /douce /-s. Accord de sons, accueil, agneau, air, allè­che­ment, allé­geance, am­broi­sie, amie, amiel­lure, ami­tié, amorce, amour, amou­rettes, anis, appât, attrait, aubade, Austre, babil, ba­boles, Bac­chus, Baïf, bai­ser, ber­gère, blan­dis­se­ment et blan­dices, bon­té, bouche, branle, bre­bis, cam­pagne, ca­resse, César, chair, chant et chan­son, Cha­rites, chevet, clé­mence, co­lomb, co­lombe ou co­lom­belle, con­combre, cordes d’ins­tru­ments, cour­toi­sie, dame, dé­lices, Diane, Dieu, eau, élo­quence, em­bras­se­ment, en­cens, en­fant, face, fa­conde, faine, fa­veur, fem­mette et fem­me­lette, fille, fleur, fleuve, Flore, flûte, font ou fon­taine, fraî­cheur ou fres­cade, fram­boise, Fran­çais, fran­chise, fre­don, fruits ou frui­tages, gain, giron, gloire, goutte, grâce, grappe, ha­leine, har­monie, herbe, homme, huîtres, hu­ma­ni­té, hum­blesse ou hu­mi­li­té, hu­meur, jeu­nesse ou jou­vence, joie, joues, jouis­sance, Ju­non, Ju­pin ou Ju­pi­ter, lait, langue, larmes, lèvres, liber­té, liesse, lin, linot ou li­notte, li­queur, lyre, mains, main­tien, ma­melles, manne du ciel, Marie mère de Dieu, Méline, mère, miel, mi­gnar­dise ou mi­gno­tise, Mi­nerve, moelle, mots, mou­ton, mur­mure, musc, Muses, mu­sique, nec­tar, nichée, nid, nour­rice, nour­ri­ture, nou­veau­té, Nymphes, ode, odeur bonne, œil­lade, œil­let, om­brage ou ombre, orange, paix, par­fum, parole, passe-temps, pas­sions, pât, pâ­tis, pâ­tu­rage ou pâ­ture, peau, pié­té, pin­ceau, pitié, plai­sir, pluie, plume, poé­sie, poé­trons, pois­son, pommes, prières, pri­me­vère, prin­temps, pri­vau­té, pu­celle, rai­sin, ramage, récom­pense, récon­fort, repos, réso­nance, ris, rose, rosée, ros­si­gnol, ruis­seau, santé, Saône, Sap­pho, Sarthe, sim­plesse ou sim­pli­ci­té, Sirènes, soie, somme ou som­meil, son, souf­fle­ment ou souf­flet, soulas, sou­pirs, sou­ris, sou­ve­nance ou sou­ve­nir, style, sucre, terre, tétin ou té­ton, Tha­lie, thym, tour­teau, trai­te­ment, tremblo­te­ment, ven­dange, ven­te­let, Vé­nus, ver­dure, vierge, vin, vio­lette, vit, voix, vo­lup­té, yeux, Zé­phyre.]

[Doux-amer /douce-amère. Amour, amou­reuse ou amante.]

[Doux-chantant. Cygne.]

[Doux-coulant /-ante. Baïf, font ou fon­taine, liqueur, nec­tar, Ovide, parole, vin.]

[Doux-coupant. Cani­vet.]

[Doux-courante. Sarthe.]

[Doux-flairant. Bouquet.]

[Doux-grave. Tyard.]

[Doux-parleur /-s. Amou­reux ou amant, Espa­gnols, Floren­tins.]

[Doux-sonnant /-ante /-s. Flûte, lyre, Orphée, vers.]

[Doux-sonneur. Orphée.]

[Doux-soufflant /-s. Soupirs, Zéphyre.]

[Doux-sucré /-ée. Ambroi­sie, nectar.]

[Doux-utile. Du Bellay.]

[Doux-tremblant. Souris.]

[Fière-douce. Vénus.]

[Les ido­lâtres de la jeune beau­té du sexe fé­mi­nin, ont en si grande ré­vé­rence cette par­tie de leur corps, qu’ils l’appellent source d’amour et fon­taine de dou­ceur.]

[Grave-doux. Jodelle, Sainte-Marthe.]

[Utile-doux. Poète.]


 

«««  #  »»»

Douceur. Miel­leuse ou em­miel­lee, am­bro­sine, friande, sa­uou­reuse, traistre, amiable, de­li­tieuse, con­fite, amor­çante, nec­ta­rine, de­lec­table, gra­tieuse, alle­chante ou alli­chante, hu­maine, affri­an­dee, cour­toise, be­nigne, at­traiante ou at­ti­rante, fe­mi­nine, blan­dis­sante, appas­tee.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 84r° [folioté 87 par erreur] [Gallica, NUMM-50715, PDF_174]
(texte original).

[Adouci /-ie /-s. Luc ou luth, nec­tar, pas­sions, prin­temps, ris, sou­ris, sous­pirs, Ze­phyre.]

[Aigre-douce /aigres-douces. Amou­reuse ou amante, orange, pommes.]

[Douce ioliere. Amou­reuse ou amante.]

[Douce nourrice. Ceres.]

[Douce-aigrette. Fraise.]

[Douce-contraire, douce-enne­mie, douce-fiere, douce-guer­rierre, douce-inhu­maine, douce-rebelle. Amou­reuse ou amante.]

[Doucelet. Tintin, ventre.]

[Doucereus /-euse. Appast, chant & chan­son, fruits ou frui­tages, herbe, laict, miel, nec­tar, odeur bonne, past, pas­tis, pastu­rage ou pas­ture, plai­sir, poe­trons, sa­ueur, succre, vers, Ze­phyre.]

[Doucet /-ette. Ado­nis, Amour, Cupi­don, mi­gnar­dise ou mi­gnot­tise, plume, ris.]

[[Ma] douceur. Noz amou­reus tran­sis […] en leurs escrits, prin­ci­pa­le­ment vers celles dont ils espèrent ob­te­nir quel­que fa­ueur, […] appelent [ainsi leur] amou­reuse ou amante.]

[Doux /douce /-s. Accord de sons, accueil, aigneau, air, alle­che­ment, alle­geance, ambro­sie, amie, amiel­leure, ami­tié, amorce, amour, amou­rettes, anis, appast, attrait, au­bade, Austre, babil, ba­boles, Bac­chus, Baif, bai­ser, ber­gere, blan­dis­se­ment & blan­dices, bon­té, bouche, bransle, bre­bis, Cæsar, cam­paigne, ca­resse, chair, chant & chan­son, Cha­rites, che­uet, cle­mence, co­lomb, co­lumbe ou co­lum­belle, concombre, cordes d’ins­tru­mens, cour­toi­sie, dame, de­lices, Diane, Dieu, eau, elo­quence, em­bras­se­ment, en­cens, en­fant, face, fa­conde, faine, fa­ueur, fem­mette & fem­me­lette, fille, fleur, fleuue, Flore, flute, font ou fon­taine, fram­boise, fran­chise, Fran­çois, fre­don, fres­cheur ou fres­cade, fruits ou frui­tages, gain, gi­ron, gloire, goutte, grace, grappe, ha­leine, har­mo­nie, herbe, homme, hu­ma­ni­té, hum­blesse ou hu­mi­li­té, huytres, hu­meur, ieu­nesse ou iou­uence, ieux [yeux], ioie, ioues, iouis­sance, Iu­non, Iup­pin ou Iup­pi­ter, laict, langue, larmes, leures, li­ber­té, liesse, lin, linot ou li­notte, li­queur, lyre, mains, main­tien, mam­melles, manne du ciel, Marie mere de Dieu, Meline, mere, miel, mi­gnar­dise ou mi­gnot­tise, Mi­nerue, moelle, mots, mou­ton, mur­mure, musc, Muses, mu­sique, nec­tar, ni­chee, nid, nour­rice, nour­ri­ture, nou­ueau­té, Nymphes, ode, odeur bonne, oeil­lade, oeil­let, om­brage ou ombre, orange, paix, par­fum, parole, passe­temps, pas­sions, past, pas­tis, pas­tu­rage ou pas­ture, peau, pie­té, pin­ceau, pi­tié, plai­sir, plume, pluye, poe­sie, poe­trons, pois­son, pommes, prieres, pri­me­uere, prin­temps, pri­uau­té, pu­celle, rai­sin, ra­mage, recom­pense, recon­fort, repos, reson­nance, ris, rose, rosee, ros­si­gnol, ruis­seau, san­té, Saone, Sap­phon, Sarte, sim­plesse ou sim­pli­ci­té, soie, somme ou som­meil, son, souf­fle­ment ou souf­flet, sou­las, sou­ris, sous­pirs, sou­ue­nance ou sou­ue­nir, style, succre, Syrenes, terre, tetin ou te­ton, Tha­lie, thym, tour­teau, traic­te­ment, tremblo­te­ment, ven­dange, ven­te­let, Ve­nus, ver­dure, vierge, vin, vio­lette, vit, voix, vo­lup­té, Ze­phyre.]

[Doux-amer /douce-amere. Amour, amou­reuse ou amante.]

[Doux-chantant. Cygne.]

[Doux-coulant /-ante. Baif, font ou fon­taine, li­queur, nec­tar, Ouide, parole, vin.]

[Doux-couppant. Cani­uet.]

[Doux-courante. Sarte.]

[Doux-flairant. Bouquet.]

[Doux-graue. Pontus de Thiard.]

[Doux-parleur /-s. Amou­reus ou aimant, Espa­gnols, Floren­tins.]

[Doux-sonnant /-ante /-ans. Flute, lyre, Orphee, vers.]

[Doux-sonneur. Orphee.]

[Doux-soufflant /-s. Souspirs, Zephyre.]

[Doux-succré /dou-succree. Ambro­sie, nec­tar.]

[Doux-tremblant. Souris.]

[Doux-vtile. Bellay.]

[Fiere-douce. Venus.]

[Les ido­latres de la ieune beau­té du sexe femin [sic], ont en si grande reue­rence ceste par­tie de leur corps, qu’ils l’appellent source d’amour et fon­taine de dou­ceur.]

[Graue-doux. Iodelle, Saincte Marthe.]

[Vtile-doux. Poete.]