Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« joues »»»

« joue » ou « joues » dans :
Ronsard
1552
~ Le feu jumeau…
1553
~ Ni de son chef…
Baïf
1555
~ Ma Francine est partout…
Courtin de Cissé
1581
~ Rien ne me plaît…
La Jessée
1583
~ Heureux qui voit…
~ Ma Nymphe a les yeux verts…
Cornu
1583
~ Lucrèce, je ne puis…
d’Avost
1587
~ L’Or de ces beaux cheveux…
Maldeghem
1606
~ Mettez-moi où Phébus… (Canz. 145)
Nostredame
1606
~ Pensons un peu…

~#~














 




















Ioues. Belles, vermeilles, colorees, rouges ou rougis­santes, aubines, rondes, enflees, pourprines ou pourprees, molles, deli­cates, fosseluës, arrosees de larmes, nettes, iuoi­rines, blanches, humides, pendantes, cottonnees, douces, tendrettes, peluës, auro­rines, rosines, albas­trines, pasles.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 138v° [Gallica, N0050715_PDF_283]
(texte original).

[Ioufflu [+iouflu] /-ues. Bacchus, fesses.]