««« dou­leur »»»

« dolo­res » (latin), « dou­leur » ou « douleurs » dans :
Ovide
1er siècle [1492]
~ Quot lepores in Atho… (Autant que de lièvres sur l’Athos…)
Ma­rulle
1497
~ Non tot Attica mella… (L’Attique n’a pas tant de miel…)
Du Bellay
1550
~ Ô fleuve heureux…
Ron­sard
1552
~ En ma douleur…
~ Ô traits fichés…
~ Le feu jumeau…
Baïf
1552
~ Mets-moi au bord…
Des Autels
1553
~ Bénites soient…
Le Caron
1554
~ Cette pri­son…
Fon­taine
1555
~ Mon petit fils… [strophe 2]
Louise Labé
1555
~ Je vis, je meurs…
Magny
1557
~ Vive qui vivre peut…
Grévin
1561
~ Je me ris de ce monde…
Buttet
1561
~ Ô blonds che­veux…
Ellain
1561
~ L’amitié libre…
Turrin
1572
~ Et pour néant…
Jean de La Taille
1573
~ Si jamais gen­til­homme…
Des­portes
1573
~ Être chaud et glacé…
~ Quel feu par les vents ani­mé…
Jo­delle
1574
~ Que n’ai-je mes esprits…
Gou­lart
1574
~ Ô mal non mal…
Chante­louve
1576
~ Autant de feuilles vertes…
~ Je plains mon mal…
de Brach
1576
~ Je chante la chaleur…
~ Vous vent, vous nauto­nier…
Le Loyer
1576
~ N’espérer qu’une paix…
~ Hé, Cruelle, ne veux-tu pas…
Boys­sières
1578
~ Ronsard pour sa Cas­sandre…
Hes­teau
1578
~ D’une incroyable amour…
~ Je ne puis trouver paix…
~ Avoir d’un bref repos…
Pon­toux
1579
~ Ce gentil feu…
Cour­tin
1581
~ Je ris, je pleure…
La Jessée
1583
~ J’aime le doux repos…
~ Je meurs vivant…
~ Qu’on nombre l’Ost…
~ Je te sondais ainsi…
Blan­chon
1583
~ À tant de fleurs…
~ J’aime la Paix…
Cornu
1583
~ Tant plus je veux cou­rir…
~ Mon cœur, mon doux sou­ci…
Bi­rague
1585
~ Plutôt les pâles Sœurs…
d’Avost
1587
~ La mer n’est pas tou­jours…
Le Poulchre
1587
~ Je n’ai jamais la paix…
Du Tron­chet
1595
~ Trouver paix je ne puis… (Canz., 134)
Louven­court
1595
~ Qui peut comp­ter…
Expil­ly
1595
~ Ne trouver point de fin…
Las­phrise
1597
~ Je pense en toute chose…
~ Ah beaux tourments…
Grisel
1599
~ Le rocher endur­ci…
Montchres­tien
1601
~ Hélas je brûle…
Anne de Mar­quets
1605
~ La terre ne pro­duit…
Malde­ghem
1606
~ Je n’ai dont faire guerre… (Canz., 134)
Claude Gar­nier
1609
~ Qui peut nom­brer…
Mar­beuf
1628
~ La propre­té…

~#~














 

Douleur. Amère, triste, sen­sible, in­to­lé­rable, épi­neuse, dure, im­por­tune, gé­mis­sante, plain­tive, in­di­cible, en­nuyeuse, ma­la­dive, griève, pi­teuse ou pi­toyable, con­so­la­toire ou con­so­lable, ren­gré­gée, per­sé­vé­rante, fu­rieuse, aigre ou ai­grette, vio­lente, cruelle, angois­seuse, san­glante ou san­gui­no­lente, la­men­table, incer­taine, poi­gnante, sou­cieuse, im­por­table ou insup­por­table, forte, âpre, in­cu­rable, enra­ci­née, af­fli­geante, mi­sé­rable, ex­ces­sive, gout­teuse, im­pa­tiente, fu­nèbre, ardente, fâ­cheuse, muette, sourde, aveugle, odieuse, su­bite, ines­pé­rée, co­li­queuse, pas­sion­née, lente, fé­mi­nine, im­pé­tueuse, pu­nis­sante, mor­telle ou mor­ti­fère, invé­té­rée, longue, véro­leuse ou vé­ro­lée, ca­tar­rheuse.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 84r°v° [folioté 87 par erreur] [Gallica, NUMM-50715, PDF_174_175]
(texte modernisé).

[Adoulou­ré. Amou­reux ou amant.]

[Dolent /-ente. Com­plainte, ennui, ma­lade, pauvre, Pro­mé­thée, tri­bu­la­tion, tris­tesse, vie.]

[Douloureux /-euse /-s. Aché­ron, adieu, afflic­tion, amou­reux ou amant, angoisse, cap­ti­vi­té, cla­meur, co­lique, com­plainte, crève-cœur, départ, des­ti­née ou des­tin, ennui, épi­taphe, esclave, exil, gouttes, guerre, hibou, lan­gueur, larmes, Lé­thé, mal ou ma­la­die, malade, mar­tyre, misère, mort, pas­sions, pau­vre­té, peine, pi­tié, plaie, pleur, pri­son­nier, Pro­gné, Pro­mé­thée, que­relle, regret, san­glots, sou­pirs, Tar­tare, tour­ment, tra­vail, tré­pas, tris­tesse, vie.]

[Sujet de douleur. Homme.]


 

«««  #  »»»

Douleur. Amere, triste, sen­sible, into­le­rable, espi­neuse, dure, im­por­tune, ge­mis­sante, plain­tiue, indi­cible, en­nuieuse, mala­diue, griefue, pi­teuse ou pi­toiable, con­so­la­toire ou con­so­lable, ren­gre­gee, per­se­ue­rante, fu­rieuse, aigre ou ai­grette, vio­lente, cruelle, angois­seuse, san­glante ou san­gui­no­lente, la­men­table, incer­taine, poi­gnante, sou­cieuse, im­por­table ou in­sup­por­table, forte, aspre, incu­rable, en­ra­ci­nee, af­fli­geante, mi­se­rable, exces­siue, gou­teuse, im­pa­tiente, fu­nebre, ardente, fas­cheuse, muette, sourde, aueugle, odieuse, su­bite, ines­pe­ree, cho­li­queuse, pas­sion­nee, lente, fe­mi­nine, im­pe­tueuse, pu­nis­sante, mor­telle ou mor­ti­fere, inue­te­ree, longue, vero­leuse ou ve­ro­lee, ca­tar­reuse.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 84r°v° [folioté 87 par erreur] [Gallica, NUMM-50715, PDF_174_175]
(texte original).

[Adoulou­ré. Amou­reus ou aimant.]

[Dolent /-ente. Com­plainte, ennui, ma­lade, pauure, Pro­me­thee, tri­bu­la­tion, tris­tesse, vie.]

[Doulou­reus /-euse /-s. Ache­ron, adieu, af­flic­tion, amou­reus ou aimant, an­goisse, cap­ti­ui­té, cho­lique, cla­meur, com­plainte, cre­ue­cueur, depart, des­ti­nee ou des­tin, ennui, epi­taphe, esclaue, exil, gouttes, guerre, hi­bou, lan­gueur, larmes, Lethe, mal ou ma­la­die, malade, mar­tyre, misere, mort, pas­sions, pau­ure­té, peine, pitié, plaie, pleur, pri­son­nier, Pro­gné, Pro­me­thee, que­relle, regret, san­glots, sous­pirs, Tar­tare, tour­ment, tra­uail, tres­pas, tris­tesse, vie.]

[Suiet de douleur. Homme.]