Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« amoureuse ou amante »»»

« amante » dans :
Nostredame
1606
~ Pensons un peu…

~#~














 

Amoureuse ou Amante. Belle, rusée, lascive, variable, sotte, dédai­gneuse, sadi­nette, folâtre, jolie, gaillarde, courti­sane, pipe­resse, joyeuse, affétée, gentille, plaisante, jalouse, mignonne, propre, gente, frisque, godi­nette, blanche, polie, vermeille, parée, miste, popine, gorrière, sucrée, pompeuse, dissolue, atourée, cointe, brave, fardée, courtoise, pimpante, attifée, jeune, mignotte, infi­dèle, musquée.

Ce sont à mon jugement les mieux conve­nables épithètes qu’on puisse donner à ces folles amou­reuses, jaçoit que de la plus grande partie nos amoureux transis n’aient accou­tumé d’user en leurs écrits, princi­pa­lement vers celles dont ils espèrent obtenir quelque faveur, lesquelles ils appellent

Déesses, angelettes, divines, célestes, saintes, sacrées, reines, princesses, dames, maîtresses, compagnes des dieux, chefs-d’œuvre de nature, douces geôlières, petites colom­belles, tourtres, leur tout, bien, heur, vie, âme ou âmelette, cœur, œil ou œillet, bouche, sang, amour, repos, santé, espoir ou espé­rance, douceur, plaisir, attente, souhait, connais­sance, accueil, objet, émoi, liesse, esprit, appui, soulas, ébat, suffi­sance, but, ris, désir, pensée, souci, bonté souve­raine, enté­léchie, c.-à-d. perfection, soleil, lumière, clarté, Muse, Charite, délices, moitié, foi, promesse, chaleur, flamme, diamant, perle ou perlette, miel, sucre, printemps, fleur, rose, lis, baume, violette.

Et quand ils veulent exprimer les contraires passions d’amour, ils usent de ces mots :

Douce-contraire, douce-ennemie, douce-guerrière, douce-amère, douce-fière, douce-rebelle, douce-inhumaine, aigre-douce, belle-rebelle, humble-fière.

Mais si madame l’Amou­reuse connaissant possible le maigre profit qu’on peut tirer de telles personnes, de qui la monnaie est ordi­nai­rement en papier, fait la sourde oreille à leurs requêtes, elle sera lors nommée

Ingrate, cruelle, obstinée, auda­cieuse, dure, indo­cile, outre­cuidée, ennemie, sotte, glacée, inconstante, esprit de roche, âme faite de fer, rebelle, inexo­rable, guerrière, farouche, rude, froide, pillarde, jouet à vent, orgueil­leuse, volage, inhu­maine, opi­niâtre, morne, lente, meurtrière, impi­teuse ou impi­toyable, mauvaise, fâcheuse.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
ff. 14v°-15v° [Gallica, N0050715_PDF_35_37]
(texte modernisé).























Amoureuse ou Amante. Belle, rusee, lasciue, variable, sote, desdai­gneuse, sadi­nete, folastre, iolie, gaillarde, courti­sane, pipe­resse, ioïeuse, affettee, gentille, plaisante, ialouse, mignonne, propre, gente, frisque, godi­nette, blanche, polie, vermeille, paree, miste, popine, gorriere, succree, pompeuse, dissoluë, atouree, cointe, braue, fardee, courtoise, pimpante, attifee, ieune, mignote, infi­dele, musquee.

Ce sont à mon iugement les mieux conue­nables epithetes qu’on puisse donner à ces foles amou­reuses, iaçoit que de la plusgrande partie noz amoureus transis n’aient accous­tumé d’vser en leurs escrits, princi­pa­lement vers celles dont ils esperent obtenir quelque faueur, lesquelles ils appelent

Deesses, ange­lettes, diuines, celestes, sainctes, sacrees, roines, princesses, dames, maistresses, compagnes des dieux, chef-d’œuures de nature, douces iolieres, petites colom­belles, tourtres, leur tout, bien, heur, vie, ame ou amelette, cueur, œil ou œillet, bouche, sang, amour, repos, santé, espoir ou espe­rance, douceur, plaisir, attente, souhait, connois­sance, accueil, obiect, esmoi, liesse, esprit, appui, soulas, esbat, suffi­sance, but, ris, desir, pensee, souci, bonté souue­raine, ente­lechie, i. perfection, soleil, lumiere, clarté, muse, charite, delices, moictié, foi, promesse, chaleur, flamme, diamant, perle ou perlette, miel, succre, printemps, fleur, rose, lis, basme, violette.

Et quand ils veulent exprimer les contraires passions d’amour, ils vsent de ces mots,

Douce-contraire, douce-ennemie, douce-guerriere, douce-amere, douce-fiere, douce-rebelle, douce-inhumaine, aigre-douce, belle-rebelle, humble-fiere:

Mais si madame l’Amou­reuse connoissant possible le maigre profit qu’on peut tirer de telles personnes, de qui la monnoie est ordi­nai­rement en papier, fait la sourde oreille à leurs requestes, elle sera lors nommee,

Ingrate, cruelle, obstinee, auda­cieuse, dure, indo­cile, outre­cuidee, ennemie, sote, glacee, incons­tante, esprit de roche, ame faite de fer, rebelle, inexo­rable, guerriere, farouche, rude, froide, pillarde, iouet a vent, orgueil­leuse, volage, inhu­maine, opi­niastre, morne, lente, meurdriere, impi­teuse ou impi­toiable, mauuaise, facheuse.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
ff. 14v°-15v° [Gallica, N0050715_PDF_35_37]
(texte original).