Loys LE CARON (1534-1613)
Où prit Jupin…
Paris, Vincent Sertenas, 1554.
ouvrir sur Gallica : Sonnets, sonnet 15, f° 6v°.

Où prit Jupin cet heur resplendissant,
Où prit Vénus cette grâce riante,
Où prit Peithon cette voix attrayante,
Où prit Amour ce regard blandissant,

Où prit Phébus ce crêpeau jaunissant,
Où l’Aube prit la perle rosoyante,
Où prit Cérès la toison blondoyante,
Où prit Flora ce tapis fleurissant,

Où prit Junon cette fière richesse,
Où ce savoir prit la chaste déesse,
Où prit Diane un lustre si luisant,

Où prit Éol la douceur zéphyrine,
Mais où prit Mars un orgueil si cuisant,
Pour pandorer ta clarté surdivine ?

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Où prit Jupin cet heur resplendissant,
Où prit Vénus cette grâce riante,
Où prit Peithon cette voix attrayante,
Où prit Amour ce regard blandissant,

Où prit Phébus ce crêpeau jaunissant,
Où l’Aube prit la perle rosoyante,
Où prit Cérès la toison blondoyante,
Où prit Flora ce tapis fleurissant,

Où prit Junon cette fière richesse,
Où ce savoir prit la chaste déesse,
Où prit Diane un lustre si luisant,

Où prit Éol la douceur zéphyrine,
Mais où prit Mars un orgueil si cuisant,
Pour pandorer ta clarté surdivine ?

 

En ligne le 20/06/11.
Dernière révision le 01/07/17.