««« en­fant »»»

« en­fant », « en­fants » ou « en­fan­çon » dans :
Du Bellay
1549
~ La Nuit m’est courte…
~ Qui a vu les Lis, et les Roses…
Ron­sard
1552
~ Que Gâtine ait…
Tahu­reau
1554 [1870]
~ Main, douce main…
Fon­taine
1555
~ Mon petit fils… [strophes 5, 6 et 7]
Baïf
~ Jamais œil, bouche, poil…
Perrin
1574
~ Tant heureuse est…
Gou­lart
1574
~ Quand sans neige et froideur…
Du Bartas
1578
~ Et de vrai, si d’un rien…
La Jessée
1583
~ Que toutes nos forêts…
Blan­chon
1583
~ Amour est vie, et mort…
Vauque­lin
1586 [1872]
~ Ciel, vous êtes cruel !…
Poupo
1590
~ Qu’on tourne son re­gard…
Chassi­gnet
1594
~ L’Enfant ne peut venir…
Claude Gar­nier
1609
~ Est-ce inhu­maine…

~#~
















¶ « le vieil enfant », « l’enfant qui surmonte les dieux » (Du Bellay) ; « le faible-fort Enfant de la Cyprine » (Tahureau) : Cupi­don ou l’Amour
 



















«««  #  »»»