Jacques GRÉVIN (1538-1570)
Allons, Belle, sous ce rosier…
Paris, Robert Estienne, 1560.

[…] 

Mon Bien, mon Mal, ma Mort, ma Vie,
Ma Compagne, mon Ennemie,
Ma Toute-douce, ma Rigueur,
Mon Amertume, ma Douceur,

Mon Tout, mon Rien, et ma Parfaite,
Ma Gentillesse, ma Doucette,
Ma Gaillardise, ma Brunette,

Ma Fière, hélas ! me tuerez-vous
D’un seul regard à tous les coups ?

Allons, Belle, sous ce rosier,
Allons ma Toute-désirée,
Allons voir si la Cythérée
N’a rien cueilli depuis hier.

Pourquoi vous faites-vous prier ?
Ne vaut-il pas mieux cependant
Que le soleil n’est point ardent

Cueillir cette belle jeunesse,
Qu’attendre une morne vieillesse ?

[…] 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

[…] 

Mon Bien, mon Mal, ma Mort, ma Vie,
Ma Compagne, mon Ennemie,
Ma Toute-douce, ma Rigueur,
Mon Amertume, ma Douceur,

Mon Tout, mon Rien, et ma Parfaite,
Ma Gentillesse, ma Doucette,
Ma Gaillardise, ma Brunette,

Ma Fière, hélas ! me tuerez-vous
D’un seul regard à tous les coups ?

Allons, Belle, sous ce rosier,
Allons ma Toute-désirée,
Allons voir si la Cythérée
N’a rien cueilli depuis hier.

Pourquoi vous faites-vous prier ?
Ne vaut-il pas mieux cependant
Que le soleil n’est point ardent

Cueillir cette belle jeunesse,
Qu’attendre une morne vieillesse ?

[…] 

 

En ligne le 13/02/11.
Dernière révision le 07/03/17.