Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« yeux »»»

« yeux » dans :
Marot
1539
~ Ô pas épars…
Saint-Gelais
1547
~ Si j’ai du bien…
Peletier
1547
~ Paix je ne trouve…
1555
~ Je deviens las…
~ Cette beauté…
Du Bellay
1549
~ De grand’ Beauté…
~ Ces Cheveux d’or sont les Liens…
~ Ô Prison douce…
~ Ô faible Esprit…
1550
~ Ces cheveux d’or, ce front…
~ Rendez à l’or…
~ Ni par les bois…
1552
~ Ce ne sont pas…
1569
~ Qui a vu les Lis et les Roses…
~ Comme de fleurs…
Des Autels
1551
~ Mon cœur, ma voix…
1553
~ De Jupiter…
Ronsard
1552
~ Plutôt le bal…
~ Quand au premier…
~ Ni ce corail…
~ Ce ne sont qu’haims…
~ En ma douleur…
~ Le feu jumeau…
1553
~ Un grand rocher…
1578
~ Avec les lis…
Baïf
1552
~ Tu as les yeux…
~ Haute beauté…
1555
~ Ô pas en vain perdus…
~ Ma Francine est partout…
~ Ô beaux yeux azurins…
1573
~ Hier cueillant cette Rose…
~ Trait, feu, piège d’Amour…
La Haye
1553
~ Voûte élevée…
Magny
1553 [1878]
~ Entre les flots…
~ Elle est à vous…
1557
~ Je l’aime bien…
~ Je cherche paix…
~ Vos célestes beautés…
Le Caron
1554
~ Cette prison…
~ Ni les honneurs…
Philieul
1555
~ Paix je ne trouve… (Canz. 134)
~ Ô doux dédains… (Canz. 205)
~ Grâces qu’à peu… (Canz. 213)
~ La mer n’a point… (Canz. 237)
~ Au ciel n’y a étoiles… (Canz. 312)
Louise Labé
1555
~ Ô beaux yeux bruns…
Pasquier
1555
~ Lorsque ma dame…
d’Espinay
1560
~ Ce ne fut pas…
Grévin
1560
~ Plus je suis tourmenté…
~ L’Amour nous point…
Buttet
1561
~ De quel rosier…
~ Toujours ne sera d’or…
~ Ô blonds cheveux…
Belleau
1565
~ Amour étant lassé…
Turrin
1572
~ Et pour néant…
~ Cet œil, cet or…
~ Le mois de Mars…
~ Chênes coulez le miel…
Gadou
1573
~ Si vous voulez savoir…
~ Ces cheveux d’or…
~ Plus la douce clarté…
Jodelle
1574
~ Que n’ai-je mes esprits…
Goulart
1574
~ Je cours, et n’en puis plus…
~ Ô pas épars…
Desportes
1575
~ Je l’aime bien…
Chantelouve
1576
~ Autant de feuilles vertes…
~ Ô pas épars…
~ Béni soit l’an…
~ En noble sang…
de Brach
1576
~ Vous vent, vous nautonier…
Le Loyer
1576
~ Quand j’aperçois…
1579
~ Du lustre, des appâts…
Du Pré
1577
~ J’ai le bien de penser…
~ Que je cherche les champs…
Boyssières
1578
~ Tout à coup je me sens…
Hesteau
1578
~ Ta vertu, ta bonté…
~ Je ne puis trouver paix…
~ Toujours de Jupiter…
Jamyn
1579
~ Ô beaux cheveux…
Marie de Romieu
1581
~ Paix je ne trouve…
Courtin de Cissé
1581
~ Ô doux propos…
~ Ô doux dédain…
La Jessée
1583
~ Ô ris comblé…
~ Heureux qui voit…
~ Qu’on nombre l’Ost…
~ Vos beaux yeux adorés…
~ Ma Nymphe a les yeux verts…
~ Celui compte les feux…
Catherine Des Roches
1583
~ La Beauté, la doctrine…
~ Les Muses, la Pithon…
Blanchon
1583
~ J’aime la Paix…
~ J’aime plus que mes yeux…
~ Le Printemps gracieux…
~ Si ma plume pouvait…
Du Buys
1585
~ Tirer de long travail…
Isaac Habert
1585
~ Blonds sont ses longs cheveux…
~ Autant qu’on voit la nuit…
Le Poulchre
1587
~ Je n’ai jamais la paix…
Trellon
1587
~ De la bouche, des yeux…
Poupo
1590
~ Il n’y a pas au bord…
Chandieu
1591
~ Quand on arrêtera…
Pontaymeri
1594
~ Où sont vos yeux confus ?…
Du Tronchet
1595
~ On voit des animaux… (Canz. 19)
~ Mille fois pour avoir… (Canz. 21)
~ Heureux soit ce jour-là… (Canz. 61)
~ Trouver paix je ne puis… (Canz. 134)
Expilly
1596
~ Ne trouver point de fin…
~ Cypris, Pithon, Minerve…
Lasphrise
1597
~ Ce riche entendement…
~ Mon La Fuie, à ce coup…
~ Cerdis zerom…
Grisel
1599
~ Si vous comptez les flots…
Angot
1603
~ Je ne crains d’Aquilon…
Maldeghem
1606
~ J’ai mille fois le cœur… (Canz. 21)
~ Je n’ai dont faire guerre… (Canz. 134)
~ Tant d’animaux… (Canz. 237)
Nostredame
1606
~ Pensons un peu…
Claude Garnier
1609
~ Ores les airs…
~ Par le milieu…
~ Mes ans plus beaux…
~ Ô beaux yeux bruns…
~ Que de buissons…
~ Qui peut nombrer…
~ Plutôt seront les ondes…
Certon
1620
~ L’épouvantable plant…
~ Je te veux entonner…
Lope de Vega (Lancelot,traducteur)
1622
~ Tous les ruisseaux ouverts…
d’Aubigné
[1874]
~ Du plus subtil du feu…

~#~














 

Yeux. Fenêtres de l’âme, étin­ce­lants, divins, beaux, clairs, gémis­sants, princes d’amour, riants, doux, pitoyables, tréluisants, folâtres, enfon­cés, tendres, courtois, flambeaux de la vie, sorciers, ardents, vermeils, déli­cieux, aigus, éclai­rants, amou­reux, subtils, blandis­sants, logis d’amour, vaga­bonds, flamboyants, gracieux, humides, foudroyants, ena­mou­rés, profonds, tout-voyants, hâves, traîtres, veillants ou vigi­lants, messa­gers des pensées, épiants, voûtés, célestes, enchâs­sés, ravis­sants, maquereaux de la chair, enflam­més, verts, rougissants, argentins, lyncéans, cavés, guignants ou souguignants, radieux, azurés, clair-voyants, trompeurs, moites, archers, fidèles, transperçants, étoilés, nets, meurtriers, péné­tratifs, enflés, messagers de l’âme, frétillards, mobiles, fichés, rouants, traitifs, feux jumeaux, drillants, lascifs, ruisseaux de pleurs, éblou­issants, prompts, affétés, saffres, larmoyants, honteux, trompettes du cœur, passionnés, astres jumelets, friands, attentifs, envieux, regardants, fidèle guide, conducteurs, perlés, ouverts, impu­diques, pourprins, curieux, avides, empru­nelés, vifs, menaçants, fléchis ou fléchissants, avares, clignotants, favo­rables, tournoyants, bruns, brunets ou brunelets, égarés.

Car anciennement l’œil noir était un des points le plus requis à la perfection de beauté. Le diminutif Œillet.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 134r°v° [Gallica, N0050715_PDF_274_275]
(texte modernisé).

[Miroir des yeux. Beauté.]

[Oculaire /-s. Appa­rence, Argus, expé­rience, larmes, lumière, paupières, regard ou regar­dure, signe, vue.]

[Œil ardent. Apollon.]

[Œil de bœuf. Mores.]

[Le Soleil est appelé par les poètes […] l’œil […] du monde.]

[Œil-taureau. Bacchus.]

[Œilladière /-s. Danse, larmes.]

[Sœurs aux yeux bruns. Muses.]

[Yeux de bœuf. Junon.]























Ieux. Fenestres de l’ame, estin­ce­lans, diuins, beaux, clairs, gemis­sans, princes d’amour, rians, doux, pitoiables, treluisans, folastres, enfon­cez, tendres, courtois, flambeaux de la vie, sorciers, ardens, vermeils, deli­cieus, agus, esclai­rans, amou­reus, subtils, blandis­sans, logis d’amour, vaga­bonds, flamboians, gratieus, humides, foudroians, ena­mou­rez, profonds, tout-voians, haues, traistres, veillans ou vigi­lans, messa­gers des pensees, espians, voutez, celestes, enchas­sez, rauis­sans, maquereaus de la chair, enflam­mez, verts, rougissans, argentins, lynceans, cauez, guignans ou souguignans, radieus, azurez, clair-uoians, trompeurs, moites, archers, fideles, transperçans, estoilez, nets, meurtriers, pene­tratifs, enflez, messagers de l’ame, fretillards, mobiles, fichez, roüans, traitifs, feux iumeaus, drillans, lascifs, ruisseaus de pleurs, esblou­issans, prompts, affetez, saffres, larmoians, honteus, trompettes du cueur, passionnez, astres iumelets, friands, attentifs, enuieus, regardans, fidele guide, conducteurs, perlez, ouuerts, impu­diques, pourprins, curieus, auides, empru­nelez, vifs, menaçans, flechis ou flechissans, auares, clignotans, fauo­rables, tournoians, bruns, brunets ou brunelets, esgarez.

Car anciennement l’oeil noir estoit vn des poincts le plus requis à la perfection de beauté. Le dim. Oeillet.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 134r°v° [Gallica, N0050715_PDF_274_275]
(texte original).

[Ïeux de bœuf. Iunon.]

[Miroir des ïeux. Beauté.]

[Oculaire /-s. Appa­rence, Argus, expe­rience, larmes, lumiere, paulpieres, regard ou regar­dure, signe, veuë.]

[Œil ardent. Apollon.]

[Œil de beuf. Mores.]

[Le Soleil est appellé par les poëtes […] l’œil […] du monde.]

[Œil-toreau. Bacchus.]

[Œilladiere /-s. Danse, larmes.]

[Soeurs aux ïeus bruns. Muses.]