««« Fran­çais »»»

« Fran­çais » dans :
Pontay­me­ri
1594
~ Où sont vos yeux confus ?…
Las­phrise
1597
~ Estrées ne requiert…

~#~














 

Français. Hu­mains, cha­ri­tables, vail­lants ou va­leu­reux, guer­riers, forts, ma­gna­nimes, in­gé­nieux, pa­ri­siens, accos­tables, fi­dèles, ama­teurs des lettres, prompts, cu­rieux, doctes, vo­lon­taires, doux, li­bé­raux, géné­reux, dé­bon­naires, che­va­le­reux.

Ce peuple fut ainsi appe­lé pour sa har­diesse et cou­rage auda­cieux, ou pour le désir qu’il avait de vivre hors la sujé­tion des princes étran­gers. Il est très affec­tion­né à la reli­gion et pié­té catho­lique, et s’adonne volon­tiers à l’étude des sciences, et arts libé­raux, étant très dési­reux de la con­nais­sance des langues, faci­le­ment il com­pa­tit avec les per­sonnes de quelque pays qu’elles soient, et sur­passe toute autre nation en cour­toi­sie et huma­ni­té : Davan­tage il est fort bel­li­queux, usant plus de cœur et har­diesse, que d’art en com­bat­tant, et est aussi prompt et inven­tif, mais il ne se hâte qu’en néces­si­té.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 107r°v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_220_221]
(texte modernisé).

[Français /-aise. His­toire, hu­ma­ni­té, Seine, son­net, style, vail­lance ou vail­lan­tise.]

[Français Apol­lon. Tyard.]

[Grec-français. Baïf, Sa­lel.]

[l’Hydre des Fran­çais. Pro­cès.]

[Illus­tra­teur de la langue fran­çaise. Du Bel­lay.]

[Pindare fran­çais. Ron­sard.]

[Voir aussi France et Alle­mands, Arabes, Écos­sais, Espa­gnols, Éthio­piens, Flo­ren­tins, Mores, Si­ci­liens, Suisses, Turcs, Vé­ni­tiens ainsi que Grecs, Parthes, Ro­mains, Scythes]


 

«««  #  »»»

François. Hu­mains, cha­ri­tables, vail­lans ou va­leu­reus, guer­riers, forts, ma­gna­nimes, in­ge­nieus, pa­ri­siens, accos­tables, fi­deles, ama­teurs des lettres, prompts, cu­rieus, doctes, vo­lon­taires, doux, li­be­raus, ge­ne­reus, de­bon­naires, che­ua­leu­reus.

Ce peuple fut ainsi appel­lé pour sa har­diesse & cou­rage auda­cieus, ou pour le desir qu’il auoit de viure hors la sub­iec­tion des princes estran­gers. Il est tres­affec­tion­né à la reli­gion & pie­té catho­lique, & s’adonne volon­tiers à l’estude des sciences, & arts libe­raus, estant tres­desi­reus de la con­nois­sance des langues, faci­le­ment il com­pa­tit auec les per­sonnes de quelque païs qu’elles soient, & sur­passe toute autre nation en cour­toi­sie & huma­ni­té : Dauan­tage il est fort bel­li­queus, vsant plus de cœur & har­diesse, que d’art en com­bat­tant, & est aussi prompt et inuen­tif, mais il ne se haste qu’en neces­si­té.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 107r°v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_220_221]
(texte original).

[François /-oise. His­toire, hu­ma­ni­té, Seine, son­net, style, vail­lance ou vail­lan­tise.]

[François Apol­lon. Pon­tus de Thiard.]

[Grec-françois. Baïf, Sa­lel.]

[l’Hydre des François. Pro­ces.]

[Illus­tra­teur de la langue fran­çoise. Bellay.]

[Pindare françois. Ron­sard.]

[Voir aussi France et Æthiopiens, Ale­mans, Arabes, Escos­sois, Espa­gnols, Flo­ren­tins, Mores, Si­ci­liens, Suisses, Turcs, Ve­ni­tiens ainsi que Grecs, Parthes, Ro­mains, Scythes]