««« om­brage ou ombre »»»

« ombre », « ombrage » ou « ombres » dans :
Phi­lieul
1548 [1555]
~ Tous ani­maux… (Canz., 22)
Du Bellay
1550
~ Quand la fureur…
1553
~ Plutôt les Cerfs…
Baïf
1552
~ Mets-moi au bord…
Jo­delle
1553
~ Phébus, Amour, Cypris…
Gadou
1573
~ Plus la douce clarté…
Jamyn
1575
~ Somme léger…
Le Saulx
1577
~ L’Éternel qui sans jours… (Th., 65)
Boys­sières
1578
~ L’on peut or’ contem­pler…
Hes­teau
1578
~ Toujours de Jupi­ter…
~ Aussitôt on verra…
Du Monin
1582
~ Le printa­nier émail…
La Jessée
1583
~ Quand l’ami­tié…
~ Je vis en paix…
~ L’espoir m’enflam­me…
~ Assuré je m’élève…
Blan­chon
1583
~ Le Printemps gra­cieux… [strophe 3]
~ Amour est vie, et mort…
Isaac Habert
1585
~ Tout ce qui est compris…
Poupo
1590
~ Il n’y a pas au bord…
Grisel
1599
~ Le rocher endur­ci…
Ner­vèze
1605
~ Beaux cheveux mes liens…
Malde­ghem
1606
~ Tout animal… (Canz., 22)
Nostre­dame
1606
~ Pensons un peu…
1608
~ Comme un peintre excel­lent…
Certon
1620
~ Qui vante qui voudra…
Mar­beuf
1628
~ La propre­té…

~#~














 

Ombrage ou Ombre. Frais, secret, amou­reux, feuil­lu, obs­cur, épais, hos­pi­tale, pares­seux, lent, esti­val, mouvant, som­meil­leux, doux, aggra­vé, endor­mi ou en­dor­mant, pai­sible, sui­vant, écar­té, mol, vert ou ver­doyant, her­bu, noir, trem­blo­tant, fuyard.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 183r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_372]
(texte modernisé).

[Adom­bré /-ée. Brouil­lard, vie, vit.]

[Guerre adom­brée. Procès.]

[Ombra­gé. Con.]

[Ombrage des montagnes. Sapin.]

[Ombra­geux /-euse /-s. Arbre, branche, chêne, cheveux, con, feuil­lard ou feuille, forêt, fraî­cheur ou fres­cade, Ide, noyer, orme, roc, roche ou ro­cher, taillis, ténèbres, ver­dure.]

[Ombre de mort. Malade, vieil ou vieil­lard.]

[Ombre vivante. Homme.]

[Ombreux /-euse /-s. Aché­ron, Alpes, antre, arbre, arbreau ou ar­bris­seau, Averne, bocage, bois, branche, brouil­lard, buis­son, caverne, chêne, Cocyte, coin, con, enfer, Éry­manthe, fau, fouteau ou hêtre, feuil­lard ou feuille, forêt, fosse, fraî­cheur ou fres­cade, frêne, haie, Ide, image, Mânes, minuit, mont ou mon­tagne, motte d’homme ou de femme, myrte, noyer, nuau ou nuage, nue ou nuée, nuit, obs­cu­ri­té, oli­vier, Orque, pâleur, palme ou pal­mier, pampre, plaine, poil, prison, rameau, rivage ou rive, roc, roche ou ro­cher, sapin, saule, silence, soir ou se­rée, Styx, tail­lis, Tar­tare, ténèbres, tombe ou tom­beau, val ou val­lée, vêpre ou vê­prée, ver­dure, vigne.]

[Voir aussi ombres.]






















«««  #  »»»

Ombrage ou Ombre. Frais, secret, amou­reus, fueil­lu, obs­cur, espais, hos­pi­tale, pares­seus, lent, esti­ual, mouuant, som­meil­leus, doux, agra­ué, endor­mi ou en­dor­mant, pai­sible, sui­uant, escar­té, mol, vert ou ver­doiant, her­bu, noir, trem­blo­tant, fuiard.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 183r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_372]
(texte original).

[Adom­bré /-ee. Brouillard, vie, vit.]

[Guerre adom­bree. Proces.]

[Ombra­gé. Con.]

[Ombrage des montagnes. Sapin.]

[Ombra­geus /-euse /-s. Arbre, branche, chesne, cheueus, con, forest, fres­cheur ou fres­cade, fueillard ou fueille, Ide, noier, orme, roc, roche ou ro­cher, taillis, tenebres, ver­dure.]

[Ombre de mort. Malade, vieil ou vieil­lard.]

[Ombre viuante. Homme.]

[Ombreus /-euse /-s. Ache­ron, Alpes, antre, arbre, arbreau ou ar­bris­seau, Auerne, bocage, bois, branche, brouil­lard, buis­son, cauerne, chesne, Cocyte, coin, con, enfer, Ery­manthe, fau, fouteau ou hestre, forest, fosse, fres­cheur ou fres­cade, fresne, fueil­lard ou fueille, haie, Ide, image, Manes, minuit, mont ou mon­taigne, motte d’homme ou de femme, myrte, noier, nuau ou nuage, nue ou nuee, nuit, obs­cu­ri­té, oli­uier, Orque, palleur, palme ou pal­mier, pampre, plaine, poil, prison, rameau, riuage ou riue, roc, roche ou rocher, sapin, saulle, silence, soir ou se­ree, Styx, tail­lis, Tar­tare, tenebres, tombe ou tom­beau, val ou va­lee, ver­dure, vespre ou ves­pree, vigne.]

[Voir aussi ombres.]