««« ode »»»

« ode » dans :
Muret
1552
~ Qui en la gaye saison…
(« ode à Jacq. Gohory »)

~#~














 

Ode. Sapho­nienne, nombreuse, pinda­rique, belle, douce, thébaine, gentille, lyrique, mignarde, ronsar­dine ou ron­sar­dique. Le dimi­nu­tif Odette et Ode­lette.

Le premier des Français qui a repré­sen­té en notre langue le vrai et naturel style de l’Ode a été M. de Ronsard, lequel pour cette cause est appe­lé prince des Odes.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 181r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_368]
(texte modernisé).

[Prince des odes. Ronsard.]

[Voir aussi sonnet et poésie, quadrain, rime, vers, ainsi que Lalage.]






















«««  #  »»»

Ode. Sapho­nienne, nombreuse, pinda­rique, belle, douce, thebaine, gentile, lyrique, mignarde, ronsar­dine ou ron­sar­dique. Le dim. Odette & Ode­lette.

Le premier des François qui a repre­sen­té en nostre langue le vrai & natu­rel stile de l’Ode a esté M. de Ronsard, lequel pour ceste cause est appel­lé prince des Odes.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 181r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_368]
(texte original).

[Prince des odes. Ronsard.]

[Voir aussi sonnet et poesie, quadrain, rime, vers, ainsi que Lalage.]