««« fai­ne »»»

 

~#~














 

Faine. Douce, sau­vage, engrais­sante ou en­grais­sis­sante.

C’est le fruit que rap­porte le fau ou fou­teau, duquel au bois se nour­rissent les pour­ceaux.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 98v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_203]
(texte modernisé).

[Porte-faine. Fau, fou­teau ou hêtre.]


 

«««  #  »»»

Faine. Douce, sau­uage, engres­sante ou en­gres­sis­sante.

C’est le fruit que raporte le fau ou fou­teau, duquel au bois se nour­rissent les pour­ceaux.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 98v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_203]
(texte original).

[Porte-faine. Fau, fou­teau ou hestre.]