««« pom­mes »»»

« pommettes » dans :
Magny
1557
~ Vos célestes beautés…

~#~














 

Pommes. Rouges, vermeilles ou ver­meil­lettes, odo­rantes, douces, belles, jaunes, buisson­nières, âpres, colo­rées, riches, boca­geuses ou bo­ca­gères, franches, court-pendues, rougis­santes, l’honneur du verger, pierreuses, aigres-douces, enlu­mi­nées, sauvages, aigrettes, pen­dantes, aqueuses, peintu­rées, mûres, délec­tables, amou­reuses, bâtardes. Les dimi­nu­tifs Pommettes et Pom­me­lettes.

Pour la même raison que j’ai allé­guée, parlant des Poires, nos vulgaires Pommes ont diver­si­té de noms, telle­ment qu’on ne les saurait mieux discer­ner qu’à leur goût : De ce fruit pour bon qu’il soit ne faut user s’il n’est bien mûr sur l’arbre, parce qu’il est froid, et de diffi­cile diges­tion, et donne mauvais nourris­se­ment. Au reste pour rendre fructueux un Pommier stérile, il faut ceindre son tronc d’un pied haut de terre avec un cercle de plomb, qui soit bien joint, et ce avant qu’il fleurisse, et ôter ledit cercle quand les pommes commen­ce­ront à croître.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 213r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_432]
(texte modernisé).

[Pomme d’Adam. Orange.]

[Pomme­lé. Ciel.]

[Pomme­lu. Menton, tétin ou té­ton.]

[Pommeux /-euse. Aigreur, arbreau ou ar­bris­seau, automne, bocage, coing, enclos, jardin, oran­ger, parc, pin, verger.]

[Voir aussi citron, concombre, fraise, guignes, poire, poé­trons, prunes, raisin]






















«««  #  »»»

Pommes. Rouges, vermeilles ou ver­meil­lettes, odo­rantes, douces, belles, iaunes, buisson­nieres, aspres, colo­rees, riches, boca­geuses ou bo­ca­geres, franches, court-pendues, rougis­santes, l’honneur du verger, pierreuses, aigres-douces, enlu­mi­nees, sauuages, aigrettes, pen­dantes, aqueuses, peintu­rees, meures, delec­tables, amou­reuses, bastardes. Les dim. Pommettes & Pom­me­lettes.

Pour la mesme raison que i’ay alle­guee, parlant des Poires, noz vulgaires Pommes ont diuer­si­té de noms, telle­ment qu’on ne les sçauroit mieux discer­ner qu’à leur goust: De ce fruit pour bon qu’il soit ne faut vser s’il n’est bien meur sur l’arbre, parce qu’il est froid, & de diffi­cile diges­tion, & donne mauuais nourris­se­ment. Au reste pour rendre fructueus vn Pommier sterile, il faut ceindre son tronc d’vn pied haut de terre auec vn cercle de plomb, qui soit bien ioint, & ce auant qu’il fleurisse, & oster ledict cercle quand les pommes commen­ce­ront à croistre.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 213r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_432]
(texte original).

[Pomme d’Adam. Orange.]

[Pomme­lé. Ciel.]

[Pomme­lu. Menton, tetin ou te­ton.]

[Pommeus /-euse. Aigreur, arbreau ou ar­bris­seau, automne, bocage, coing, enclos, iardin, oran­ger, parc, pin, verger.]

[Voir aussi citron, concombre, fraise, guignes, poire, poe­trons, prunes, raisin]