Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« Ado­nis »»»

« Adon » dans :
Lasphrise
1597
~ J’ai vu les belles fleurs…

~#~














 

Adon ou Ado­nis. Gentil, beau, mignard, chasse­rot, jeune, pastou­reau, cythé­réien, amou­reux, veneur, doucet, cyna­rien, pourpré, damoi­seau ou da­moi­se­let.

Adonis fils de Cynare roi de Cypre et de Myrrhe, pour son excel­lente beauté Vénus en fut éper­du­ment ravie : Ice­lui allant à la chasse au bois Ida­lien, un sanglier mortel­le­ment le blessa, au grand regret de son amou­reuse, laquelle après l’avoir bien pleuré, pour l’allé­geance de son ennui il fut mué en une fleur qui est encore rouge du sang de son ami. Ainsi en devisent les poètes.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 5r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_16]
(texte modernisé).

[Adonienne. Fleur.]

[Adonin /-ine /-s. Cheveux, face, jouven­ceau ou jou­ven­cel, œillet.]























Adon, ou Ado­nis. Gentil, beau, mignard, chasse­rot, ieune, pastou­reau, cythe­reien, amou­reus, veneur, doucet, cyna­rien, pourpré, damoi­seau ou da­moi­se­let.

Adonis fils de Cynare roy de Cypre & de Myrrhe, pour son excel­lente beauté Venus en fut esper­du­ment rauie: Ice­lui allant à la chasse au bois Ida­lien, vn sanglier mortel­le­ment le blessa, au grand regret de son amou­reuse, laquelle apres l’auoir bien ploré, pour l’alle­geance de son ennui il fut mué en vne fleur qui est encores rouge du sang de son ami. Ainsi en deuisent les poetes.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 5r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_16]
(texte original).

[Adonienne. Fleur.]

[Adonin /-ine /-s. Cheueus, face, iouuen­ceau ou iou­uen­cel, oeillet.]