««« Bac­chus »»»

« Bac­chus » ou « Denys » dans :
Du Bellay
1558
~ De fleurs, d’épis…
Hes­teau
1578
~ Aime-moi mon Thyr­sis…
Blan­chon
1583
~ À tant de fleurs…

~#~
















* Denys : Dionysos : Bacchus


Voir aussi
« Bacchus » selon
# Martin, 1544
# Proust, 1549.
 

Bacche ou Bacchus. Joyeux, amiable, effé­mi­né, vi­neux, porte-lance, thé­bain, mar­tial, lénéan, cuisse-né, ny­séan, enfan­çon de Silène, récré­a­tif, ivrogne, père de véri­té, Roi de Naxe, aonien, double-corne, vigne­ron, œil-taureau, furieux, porte-lierre, oma­dien, dieu du vin, triète, rompt-souci, archète, bro­mien, alme, hymé­néan, denis, bas­sare, eubo­lien, rus­tique, double, gai, hos­pi­ta­lier, rouge, nic­to­lien, tri­gone, soli­taire, ven­geur, ma­nique, nomien, germe des dieux, pre­mier, der­nier, beau­coup-forme, méo­nien, noble, dis­so­lu, enfant, doux, gran­dime, euchien, domp­teur des Indes, porte-sceptre, phi­lo­nien, nourrit-vigne, bal­leur, lys­sien, bonime, ten­dret, lyéan, maître des Satyres, aime-pampre, lych­nite, mol, pote­lé, mys­tique, bala­din, les­bien, fils de Sémé­lé, insen­sé, ogygien, cor­nu, bel­li­queux, silé­nien, inven­teur, thyonéan, jeune, eldéan, fol, dieu nour­ri­cier, thra­cien, vieil­lard, péan, éra­phiot, indien, pha­nète, libre, valeu­reux, jouf­flu, deux-fois-né, agnien, guer­rier, sémé­lien, éhon­té, har­di, triom­pheur indien, sacré, géné­reux, dir­céan, roi des Pions, vieil, jou­ven­ceau, dieu des Indes, satyre, liné­an, prince des vins, dieu ché­vrier, nour­ris­son de Silène, vain­queur indien, em­pam­pré.

Bacchus fils de Jupi­ter et de Sémé­lé a été répu­té dieu du vin, et est pris aucunes fois pour le vin même. Les poètes feignent qu’il a été deux fois né, et qu’il est sor­ti de la cuisse de Jupi­ter. Il a presque voya­gé par tout le monde, et a domp­té plu­sieurs na­tions. Les Indiens ont été par lui sur­mon­tés, et a pre­mier triom­phé d’iceux. Il a aus­si mon­tré la manière de vendre et d’ache­ter, et dit-on qu’il a inven­té plu­sieurs choses.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
ff. 29v°-30r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_65_66]
(texte modernisé).

[Bacchanale. Fureur.]

[Bacchide /-s. Prê­tresses, Priape, Silène, vin.]

[Bachique. Danse, fureur, grappe, humeur, lierre, li­queur, nec­tar.]

[Voir aussi Cérès, Cha­rites, Hymen, Inon.]


 

«««  #  »»»

Jean MARTIN, 1544.
 

Bacchus fut fils de Jupi­ter et de Sémé­lé, dont les Poètes disent des choses sin­gu­lières. Il inven­ta la façon de faire la bière, et l’usage du vin, par quoi fut fait dieu des bibe­rons.

Jean MARTIN, L’Arcadie de Messire Jacques Sannazar,
mise d’Italien en Français, 1544, « Exposi­tion de plusieurs mots conte­nus en ce livre, dont l’intelli­gence n’est commune », f° 117v° [Gallica, NUMM-110564, PDF_234]
(texte modernisé).


 

«««  #  »»»

Jean PROUST, 1549.
 

Bacchus) Il fut fils de Jupi­ter et de Sémé­lé : il mon­tra pre­mier la manière de plan­ter la vigne. Il est cou­ron­né d’hyerre, et de pampre, et fait mener son char par des tigres. Les Satyres le suivent.

Jean PROUST, in DU BELLAY, Recueil de Poésie, 1549,
« Brève exposi­tion de quelques passages poétiques les plus diffi­ciles contenus en cet œuvre », « Du Prosphonéma­tique », p. 70 [Gallica, NUMM-71119, PDF_71]
(texte modernisé).


 

«««  #  »»»

Bacche ou Bacchus. Ioieus, amiable, effe­mi­né, vi­neus, porte-lance, the­bain, mar­tial, lenean, cuisse-né, ny­sean, enfan­çon de Silene, recre­a­tif, iurongne, pere de veri­té, Roi de Naxe, aonien, double-corne, vigne­ron, œil-toreau, fu­rieus, porte-lyerre, oma­dien, dieu du vin, triete, romp-souci, archete, bro­mien, alme, hyme­nean, denis [deuis], bas­sare, eubo­lien, rus­tique, double, gay, hos­pi­ta­lier, rouge, nic­to­lien, tri­gone, soli­taire, van­geur, ma­nique, nomien, germe des dieus, pre­mier, der­nier, beau­coup-forme, meo­nien, noble, dis­so­lu, enfant, doux, gran­dime, euchien, dom­teur des Indes, porte-sceptre, phi­lo­nien, nourri-vigne, bal­leur, lys­sien, bonime, ten­dret, lyean, maistre des Satyres, ayme-pampre, lych­nite, mol, pote­lé, mys­tic, bala­din, les­bien, fils de Semele, insen­sé, ogy­gien, cor­nu, bel­li­queus, sile­nien, inuen­teur, thyo­nean, ieune, eldean, fol, dieu nou­ri­cier, thra­cien, vieil­lard, pæan, esra­phiot, indien, pha­nete, libre, valeu­reus, iouf­flu, deux-fois-né, agnien, guer­rier, seme­lien, eshon­té, har­di, triom­pheur indien, sacré, gene­reus, dir­cean, roi des Pions, vieil, iou­uen­ceau, dieu des Indes, satyre, linean, prince des vins, dieu che­urier, nour­ris­son de Silene, vain­queur indien, em­pam­pré.

Bacchus fils de Iupi­ter & de Semele a esté repu­té dieu du vin, & est prins aucunes­fois pour le vin mesmes. Les poëtes feignent qu’il a esté deux fois né, & qu’il est sor­ti de la cuisse de Iupi­ter. Il a presque voia­gé par tout le monde, & a dom­té plu­sieurs nations. Les Indiens ont esté par lui sur­mon­tez, & a pre­mier trium­phé d’iceux. Il a aus­si mons­tré la maniere de vendre & d’ache­ter, & dict on qu’il a inuen­té plu­sieurs choses.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
ff. 29v°-30r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_65_66]
(texte original).

[Bacchanale. Fureur.]

[Bacchide /-s. Pres­tresses, Priape, Silene, vin.]

[Bacchique. Danse, fureur, grappe, humeur, lierre, li­queur, nec­tar.]

[Voir aussi Ceres, Cha­rites, Hymen, Inon.]



 

«««  #  »»»

Iehan MARTIN, 1544.
 

Bacchus fut filz de Iupi­ter & de Semele, dont les Poetes dyent des choses sin­gu­lieres. Il inuen­ta la façon de faire la biere, & l’usage du uin, parquoy fut faict dieu des bibe­rons.

Iehan MARTIN, L’Arcadie de Messire Iaques Sannazar,
mise d’Italien en Francoys, 1544, « Exposi­tion de plusieurs motz conte­nuz en ce liure, dont l’intelli­gence n’est commune », f° 117v° [Gallica, NUMM-110564, PDF_234]
(texte original).



 

«««  #  »»»

Ian PROUST, 1549.
 

Bacchus) Il fut filz de Iupi­ter & de Seme­lé : il mons­tra pre­mier la maniere de plan­ter la uigne. Il est cou­ron­né d’hyerre, & de pampre, & fait mener son char par des tygres. Les Satyres le suyuent.

Ian PROUST, in DU BELLAY, Recueil de Poesie, 1549,
« Brieue expo­si­tion de quelques passaiges poëtiques les plus diffi­ciles contenuz en cet œuure », « Du Prosphone­matique », p. 70 [Gallica, NUMM-71119, PDF_71]
(texte original).