Jean Antoine de BAÏF (1532-1589)
Dans ces coraux…
Paris, veuve Maurice de La Porte, 1552.

«««

textes de
Baïf

»»»


 

 
 
 

 


«««

»»»


«««

topos des armes de l’Amour
( feu, filet )

»»»

ouvrir sur Gallica : Premier livre, p. 26.

Dans ces coraux, la bouche de madame,
Qui l’air voisin va d’odeurs parfumant,
Vénus riante a mis prodiguement,
Ce qu’elle avait dedans Cypre de bame.

Dedans cet œil Amour a mis sa flamme,
Flamme, qui vient mes forces consumant,
De qui le feu tout gent cœur allumant,
Des plus glacés les morts esprits enflamme.

Amour ourdit ce rets éparpillé,
Or, du fuseau des trois Grâces pillé,
Pour me le tendre aux tempes de la belle :

De ces coraux la douceur m’appâta,
Cet œil m’éprit, et ce rets m’arrêta,
Pris et brûlé par leur douce cautèle.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Dans ces coraux, la bouche de madame,
Qui l’air voisin va d’odeurs parfumant,
Vénus riante a mis prodiguement,
Ce qu’elle avait dedans Cypre de bame.

Dedans cet œil Amour a mis sa flamme,
Flamme, qui vient mes forces consumant,
De qui le feu tout gent cœur allumant,
Des plus glacés les morts esprits enflamme.

Amour ourdit ce rets éparpillé,
Or, du fuseau des trois Grâces pillé,
Pour me le tendre aux tempes de la belle :

De ces coraux la douceur m’appâta,
Cet œil m’éprit, et ce rets m’arrêta,
Pris et brûlé par leur douce cautèle.

«««  les armes de l’Amour  »»»
 

En ligne le 10/08/15.
Dernière révision le 10/08/15.