««« frai­se »»»

« fraises » ou « fraise » dans :
Grévin
1561
~ Ces beaux cheveux crê­pés…
Belleau
1565
~ Amour étant lassé…
Las­phrise
1597
~ Ce riche enten­de­ment…

~#~
















¶ « ces deux fraises retortes » : les tétons (Grévin)
 

Fraise. Rou­geâtre, trous­sée, sa­vou­reuse, molle, ra­fraî­chis­sante, boca­gère, ver­meille ou ver­meil­lette, sau­vage, buis­son­neuse, douce-aigrette, sucrée, cré­meuse.

Outre ce que les Fraises sont bonnes à manger, elles servent gran­de­ment aux esto­macs chauds et char­gés d’humeurs colé­riques, et étanchent la soif à ceux qui sont alté­rés.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 106v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_219]
(texte modernisé).

[Voir aussi citron, coing, concombre, fram­boise, fruits ou frui­tages, orange, poé­trons, pommes, rai­sin]


 

«««  #  »»»

Fraise. Rou­geastre, trous­sée, sa­uou­reuse, molle, ra­fre­chis­sante, boca­gere, ver­meille ou ver­meil­lette, sau­uage, buis­son­neuse, douce-aigrette, succrée, cres­meuse.

Outre ce que les Fraises sont bonnes à manger, elles seruent gran­de­ment aux esto­machs chauds & char­gez d’humeurs cho­le­riques, & estanchent la soif à ceux qui sont alte­rez.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 106v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_219]
(texte original).

[Voir aussi citron, coing, concombre, fram­boise, fruits ou frui­tages, orange, poe­trons, pommes, rai­sin]