««« oisi­ve­té »»»

 

~#~














 

Oisi­ve­té. Molle, pares­seuse, non­cha­lante, endor­mie, fai­tarde, nour­ri­cière des vices, lente, mal­heu­reuse, douce, blan­dis­sante, vi­laine, per­ni­cieuse, las­cive, fai­né­ante, vi­cieuse, pol­tronne, fa­quine, lan­guis­sante, mère des vices.

À cette cause Dra­con légis­la­teur athé­nien par ses lois punis­sait de mort ceux qui étaient trou­vés oisifs, ou qui s’en allaient à leur plai­sir et passe-temps.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 182v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_371]
(texte modernisé).

[Ocieux /-euse /-s. Cha­leur, chaos, Égisthe, fable, fange, fêtes, lit, loi­sir, paix, pa­resse, re­pos, ri­chesses, soir ou se­rée, somme ou som­meil, tar­di­ve­té, temps, tran­quil­li­té, vêpre ou vê­prée, vieil­lesse, vo­lup­té.]

[Oiseuse. Glace, pyra­mide, tar­di­ve­té.]

[Oisif /-ive. Putain, repos, ventre, vo­lup­té.]


 

«««  #  »»»

Oisi­ue­té. Molle, pares­seuse, non­cha­lante, endor­mie, fe­tarde, nour­ri­ciere des vices, lente, mal­heu­reuse, douce, blan­dis­sante, vi­laine, per­ni­tieuse, las­ciue, fait­neante, vi­tieuse, pol­tronne, fa­quine, lan­guis­sante, mere des vices.

A ceste cause Dra­con legis­la­teur athe­nien par ses loix punis­soit de mort ceux qui estoient trou­uez oisifs, ou qui s’en alloient à leur plai­sir & passe-temps.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 182v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_371]
(texte original).

[Oiseuse. Glace, pyra­mide, tar­di­ue­té.]

[Oisif /-iue. Putain, repos, ventre, vo­lup­té.]

[Otieus /-euse /-s. Ægisthe, cha­leur, chaos, fable, fange, festes, lict, loi­sir, paix, pa­resse, re­pos, ri­chesses, soir ou se­ree, somme ou som­meil, tar­di­ue­té, temps, tran­quil­li­té, vespre ou ves­pree, vieil­lesse, vo­lup­té.]