Mellin de SAINT-GELAIS (1487-1558)
Si j’ai du bien…
Lyon, Pierre de Tours, 1547.
ouvrir sur Gallica : Dizain, p. 37.

 

Si j’ai du bien hélas c’est par mensonge
Et mon travail est pure vérité :
Je n’ai douceur qu’en dormant, et en songe,
Et au réveil je n’ai qu’austérité :
Le jour m’est mal, et bien l’obscurité,
Le court sommeil ma dame représente,
Et le réveil la fait trouver absente.
Ha pauvres yeux où êtes-vous réduits ?
Clos vous voyez tout ce qui vous contente,
Et découverts ne voyez rien qu’ennuis.

 
 
 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

 

Si j’ai du bien hélas c’est par mensonge
Et mon travail est pure vérité :
Je n’ai douceur qu’en dormant, et en songe,
Et au réveil je n’ai qu’austérité :
Le jour m’est mal, et bien l’obscurité,
Le court sommeil ma dame représente,
Et le réveil la fait trouver absente.
Ha pauvres yeux où êtes-vous réduits ?
Clos vous voyez tout ce qui vous contente,
Et découverts ne voyez rien qu’ennuis.

 
 
 

 

En ligne le 23/11/08.
Dernière révision le 14/06/10.