Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« Baïf »»»

« Baïf » dans
Tahureau
1554 [1870]
~ Si d’un Horace…
Tyard
1555
~ En la froideur…
Bugnyon
1557
~ Macrin sa Gélonis…
Du Bellay
1569
~ Bravime esprit…
de Brach
1576
~ Le Loir marque les bords…
Boyssières
1578
~ Ronsard pour sa Cassandre…

~#~














 

Baïf. Divin, grec-français, doux, amant-langou­reux, docte, excel­lent, gentil, doux-coulant.

Jean Antoine de Baïf gentil­homme pari­sien, incon­ti­nent après notre grand poète Ronsard, fit parti­ci­pant le public de ses passions amou­reuses non moins docte­ment que langou­reu­se­ment écrites. Les Psaumes davi­diques par lui naguère traduits de grec en français, non encore mis en lumière, feront connaître à nos survi­vants neveux la divi­ni­té de son gentil esprit.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 30v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_67]
(texte modernisé).

[Baïve. Méline.]

[Voir aussi Belleau, Buttet, Des Autels, Dorat, Du Bellay, Jodelle, La Péruse, Magny, Muret, Pele­tier, Ronsard, Sainte-Marthe, Salel, Scève, Tahu­reau, Tyard ; voir encore Corinne, Homère, Sappho ainsi que Catulle, Horace, Ovide, Tibulle, Virgile et Pétrarque.]






















«««  #  »»»

Baif. Diuin, grec-françois, doux, amant-langou­reus, docte, excel­lent, gentil, doux-coulant.

Ian Antoine de Baif gentil­homme pari­sien, incon­ti­nent apres nostre grand poëte Ronsard, fit parti­ci­pant le public de ses passions amou­reuses non moins docte­ment que lan­gou­reu­se­ment escrites. Les Psalmes daui­diques par lui n’agueres traduits de grec en françois, non encores mis en lumiere, feront connoistre à noz surui­uans nepueus la diui­ni­té de son gentil esprit.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 30v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_67]
(texte original).

[Baïfue. Meline.]

[Voir aussi Aurat, Bellay, Belleau, Buttet, Des Autels, Iodelle, Magni, Muret, Pelle­tier, Peruse, Pontus de Thiard, Ronsard, Saincte Marthe, Salel, Sceue, Tahu­reau ; voir encore Corinne, Homere, Sapphon ainsi que Catule, Horace, Ouide, Tybulle, Virgile et Petrarque.]