Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« thym »»»

« thym » dans :
Baïf
1555
~ Ni la mer tant de flots…
Vauquelin
1586 [1872]
~ Ciel, vous êtes cruel !…

~#~














 

Thym. Hybléan, doux, gracieux, tardif, odorant, entassé, fleuri, soueffleurant.

Les mouches à miel de la fleur du Thym qui est tardive, cueillent leur miel, et disent les jardiniers qu’ils connaissent au Thym si la saison du miel sera bonne ou non. Car s’il perd incon­tinent sa fleur, ce qui peut advenir par trop grandes pluies, n’y aura bonne cueillette de miel.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 262r° [Gallica, N0050715_PDF_530]
(texte modernisé).

[Voir aussi abeille et anis, lavande.]























Thym. Hyblean, doux, gracieus, tardif, odorant, entassé, fleuri, soueffleurant.

Les mouches à miel de la fleur du Thym qui est tardiue, cueillent leur miel, & dient les iardiniers qu’ils connoissent au Thym si la saison du miel sera bonne ou non. Car s’il pert incon­tinent sa fleur, ce qui peut aduenir par trop grandes pluies, n’i aura bonne cueillette de miel.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 262r° [Gallica, N0050715_PDF_530]
(texte original).

[Voir aussi abeille et anis, lauande.]