««« fleur »»»

« flores » (latin), « fleurs » ou « fleur », « fleu­rettes », « fleu­ron » ou « fleu­rons » dans :
Ovide
1er siècle [1492]
~ Litora quot conchas… (Autant qu’il y a de coquil­lages…)
~ Quam multa madidæ… (Autant que de roseaux…)
Phi­lieul
1548 [1555]
~ Quand je suis tout tourné… (Canz., 18)
~ La mer n’a point… [strophes 1 & 3] (Canz., 237)
Du Bellay
1549
~ Qui a nombré…
~ Qui a vu les Lis, et les Roses…
1550
~ Quand la fureur…
~ Ô fleuve heureux…
~ Rendez à l’or…
~ Ni par les bois…
1558
~ Si fruits, raisins, et blés…
~ De fleurs, d’épis…
1569
~ Comme de fleurs…
Ronsard
1552
~ Avec les lis…
~ Que tout par­tout…
1553
~ Avec les fleurs…
1555
~ Je vous envoie…
1557
~ Le printemps n’a point…
Muret
1552
~ Qui en la gaye saison…
Des Autels
1553
~ Donc mainte­nant…
La Haye
1553
~ Petite porte…
Jo­delle
1553
~ Phébus, Amour, Cypris…
Magny
1553 [1878]
~ J’étais tout prêt…
1557
~ J’ai dit cent fois, Pascal…
1559
~ De nuit au ciel…
Le Caron
1554
~ Ni les honneurs…
Pele­tier
1555
~ Si tu n’es Vent…
Baïf
1555
~ Ni la mer tant de flots…
Buttet
1561
~ Toujours ne sera d’or…
Belleau
1572
~ Ainsi que les lau­riers…
Turrin
1572
~ Le mois de Mars…
Jean de La Taille
1573
~ Quel plaisir puis-je avoir…
~ Veux-tu doncques lais­ser…
Des­portes
1573
~ Je l’aime bien…
Perrin
1574
~ Viens accor­der encor…
~ Tant heureuse est…
~ Toujours au plain des champs…
Jamyn
1575
~ Si la beauté périt…
Chante­louve
1576
~ Autant de feuilles vertes…
Boys­sières
1578
~ L’on peut or’ contem­pler…
~ Le vert, l’ardeur, le vent…
La Jessée
1578
~ Grasinde, qui me fait…
1583
~ Que toutes nos forêts…
~ Je n’égale mes soins…
~ Au bon arbre, au Rosier…
~ Ô guerre, ô paix…
~ Ni le refus…
~ Le jeune Cerf navré…
Hes­teau
1578
~ Du Soleil radieux…
Cathe­rine Des Roches
1579
~ Belle plutôt les eaux…
Cour­tin
1581
~ Ces frères jume­lets…
Du Monin
1582
~ Toujours le sein…
1585
~ Ô du sacré Nom­bril…
Blan­chon
1583
~ Le Roi du jour…
~ À tant de fleurs…
~ Cueillons les fraîches fleurs…
~ Le Printemps gra­cieux… [strophe 1]
~ La rigueur du Tyran…
Jacques de Romieu
1584
~ Que servent ces œillets…
~ Qui comp­te­ra les fleurs…
Du Buys
1585
~ De notre Odet…
Bi­rague
1585
~ Qui comp­te­ra les fleurs…
Isaac Habert
1585
~ Autant qu’on voit la nuit…
~ Tu as laissé ton Dieu…
Chan­dieu
1587
~ Le monde est un jar­din…
d’Avost
1587
~ La mer n’est pas tou­jours…
Le Poulchre
1587
~ S’on voyait votre Été…
De­saurs
1589
~ Bel est le bois…
Poupo
1590
~ Il n’y a pas au bord…
Chassi­gnet
1594
~ Toujours des vents émus…
Las­phrise
1597
~ J’ai vu les belles fleurs…
~ Il n’est point tant d’envie…
~ Je pense­rais plu­tôt…
~ La beauté se fait voir…
Guy de Tours
1598 [1878]
~ Belle fleur de quinze ans…
Grisel
1599
~ Le rocher endur­ci…
Vatel
1601
~ J’aime l’oiseau qui fait…
Mont­chres­tien
1601
~ Par toi vont com­men­cer…
Angot
1603
~ Ni l’Hiver refroi­di…
Vauque­lin
1605
~ Ni les beaux lis plan­tés…
Anne de Mar­quets
1605
~ La terre ne pro­duit…
Malde­ghem
1606
~ Mettez-moi où Phé­bus… (Canz., 145)
~ Tant d’ani­maux… (Canz., 237)
Nostre­dame
1608
~ Comme un peintre excel­lent…
Claude Gar­nier
1609
~ Devant que l’attrait bel­li­queur…
~ Est-ce inhu­maine…
~ Que de buis­sons…
~ Qui peut nom­brer…
Certon
1620
~ Qui vante qui vou­dra…
Lope de Vega (Lancelot, tradu­cteur)
1622
~ Tous les ruis­seaux ouverts…
Mar­beuf
1628
~ La propre­té…

~#~














 

Fleur. Prin­ta­nière, odo­rante ou odo­ri­fé­rante, tré­sor des cieux, amou­reuse, belle, apol­li­née ou apol­li­naire, jar­di­nière, ver­meille, ar­gen­tée, vive, pour­prine ou pour­prée, blan­che, épa­nouie, jour­na­lière, tendre, douce, plai­sante, souève-née, fraîche, bai­so­tée, fleu­rie, molle, dia­prée, peu durable, orne­ment de la plaine, co­lo­rée, naïve, hya­cin­thienne, sacrée, vi­gou­reuse, élite, en­lu­mi­née, ex­quise, hy­met­tienne, suço­tée, dé­close, ado­nienne, péris­sable, bi­gar­rée, jour­nale, téla­mo­nienne, blan­chis­sante, pâle, émail­lée, douil­lette, triée, joyeuse, mi­gnonne ou mi­gnon­nette, pio­lée, rouge ou rou­gis­sante, peinte, entr’ouverte, hybléanne, odo­reuse, blan­dis­sante, gen­tille, suave, re­lui­sante, pein­tu­rée, gaie, cueil­lie, va­riable, cha­pe­lière, ver­doyante.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 103r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_212]
(texte modernisé).

[Dérobe-fleur. Abeille.]

[Donne-fleur. Avril, germe.]

[[Ma] fleur. Nos amou­reux tran­sis […] en leurs écrits, prin­ci­pa­le­ment vers celles dont ils espèrent ob­te­nir quel­que fa­veur, […] appellent [ain­si leur] amou­reuse ou amante.]

[Fleur des Grecs. Achille.]

[Fleuri /-ie /-s. Amou­rettes [fleurs], anis, arbre, arbreau ou ar­bris­seau, avril, bou­quet, cha­peau de fleurs, épi, été, fleur, haie, herbe, lavande, lis, myrte, œillet, palme ou pal­mier, par­terre, pât, pâ­tis, pâ­tu­rage ou pâ­ture, pin, pré ou prai­rie, prin­temps, ra­meau, rivage ou rive, rose, tail­lis, terre, thym, val ou val­lée, ver­dure, ver­ger, vio­lette.]

[Fleurie, c.-à-d. blanche. Vieillesse.]

[Fleuris­sant /-ante. Arbre, avril, cha­peau, épi, été, herbe, lavande, lis, œil­let, pré ou prai­rie, prin­temps, ra­meau, val ou val­lée, ver­ger.]

[Flori, floureux. Jar­din.]

[Florissant /-ante. Âge, an ou année, bou­quet, empire, forêt, France, gaie­té, haie, jar­din, jeu­nesse ou jou­vence, nou­veau­té, odeur bonne, Paris, vigueur, ville.]

[Voir aussi plante et aco­nit, ama­rante, giro­flée, glaïeul, pavot, sou­ci.]


 

«««  #  »»»

Fleur. Prin­ta­niere, odo­rante ou odo­ri­fe­rante, tresor des cieux, amou­reuse, belle, apol­li­nee ou apol­li­naire, iar­di­niere, ver­meille, ar­gen­tee, viue, pour­prine ou pour­pree, blanche, espa­nouïe, iour­na­liere, tendre, douce, plai­sante, souefue-nee, fraiche, bai­sot­tee, fleu­rie, molle, dia­pree, peu durable, orne­ment de la plaine, co­lo­ree, naïue, hyacin­thienne, sacree, vi­gou­reuse, eslite, en­lu­mi­nee, ex­quise, hy­met­tienne, succo­tee, des­close, ado­nienne, pe­ris­sable, bi­gar­ree, iour­nale, tela­mo­nienne, blan­chis­sante, palle, esmail­lee, douil­lette, triee, ioieuse, mi­gnonne ou mi­gnon­nette, pio­lee, rouge ou rou­gis­sante, peinte, entr’ou­uerte, hyble­anne, odo­reuse, blan­dis­sante, gen­tile, suaue, relui­sante, pein­tu­ree, gaïe, cueil­lie, va­riable, cha­pe­liere, ver­doiante.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 103r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_212]
(texte original).

[Desrobbe-fleur. Abeille.]

[Donne-fleur. Apuril, germe.]

[[Ma] fleur. Noz amou­reus tran­sis […] en leurs escrits, prin­ci­pa­le­ment vers celle dont ils esperent ob­te­nir quel­que fa­ueur, […] appellent [ain­si leur] amou­reuse ou amante.]

[Fleur des Grecs. Achille.]

[Fleuri /-ie /-s. Amou­rettes [fleurs], anis, apuril, arbre, ar­breau ou ar­bris­seau, bou­quet, cha­peau de fleurs, espi, esté, fleur, haie, herbe, lauande, lis, myrte, oeil­let, palme ou pal­mier, par­terre, past, pas­tis, pas­tu­rage ou pas­ture, pin, pré ou prai­rie, prin­temps, ra­meau, riuage ou riue, rose, tail­lis, terre, thym, val ou va­lee, ver­dure, ver­ger, vio­lette.]

[Fleurie, I. blanche. Vieillesse.]

[Fleuris­sant /-ante. Apuril, arbre, cha­peau, espi, esté, herbe, lauande, lis, oeil­let, pré ou prai­rie, prin­temps, ra­meau, val ou va­lee, ver­ger.]

[Flori, floureus. Iar­din.]

[Florissant /-ante. Age, an ou annee, bou­quet, empire, forest, France, haie, gaye­té, iar­din, ieu­nesse ou iou­vence, nou­ueau­té, odeur bonne, Paris, vi­gueur, ville.]

[Voir aussi plante et aco­nit, ama­ranthe, giro­flee, glaieul, pauot, soul­ci.]