««« Zé­phyre »»»

« Zé­phyre », « Zé­phyrs » ou « Zé­phyr » dans :
Ron­sard
1552
~ Ce beau corail…
~ Ni voir flamber…
Pele­tier
1555
~ Si tu n’es Vent…
Magny
1557
~ Toujours la peste aux Grecs…
~ J’ai dit cent fois, Pascal…
Buttet
1561
~ Et ces beaux yeux…
Boys­sières
1578
~ L’on peut or’ contem­pler…
La Jessée
1583
~ Ô ris comblé…
Joseph Du Chesne
1584
~ Que plutôt les Autans…
Pontay­me­ri
1594
~ Thétis ne verse pas…
Mar­beuf
1628
~ Oreilles la nature…

~#~














 

Zéphyre. Gracieux, doux-soufflant, printa­nier, douce­reux, réfri­gé­ra­tif, mol, blandis­sant, amiable, heureux, doux, paisible, soupi­rant, gentil, serein, germeux, adouci, favo­rable.

Ce vent des Latins nommé Favo­nie, et par les mari­niers Ouest ou Ponant, vient du côté où le Soleil se couche quand les nuits et les jours sont égaux. Il est fort apte à la géné­ra­tion, à cause qu’il est chaud et humide. Justin dit aussi que quand ce vent souffle, les Juments en Espagne conçoivent au seul hennis­se­ment des chevaux étant à l’autre rive.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 284v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_575]
(texte modernisé).

[Zéphyrin. Souffle­ment ou souf­flet, vente­let.]

[Voir aussi Aqui­lon, Austre, Bise, Borée, Éole…]






















«««  #  »»»

Zephyre. Gratieus, doux-soufflant, printa­nier, douce­reus, refri­ge­ra­tif, mol, blandis­sant, amiable, heureus, doux, paisible, souspi­rant, gentil, serein, germeus, adou­ci, fauo­rable.

Ce vent des Latins nommé Fauo­nie, & par les mari­niers Ouest ou Ponent, vient du costé ou le Soleil se couche quand les nuits & les iours sont egaus. Il est fort apte à la gene­ra­tion, à cause qu’il est chaud & humide. Justin dit aussi que quand ce vent souffle, les Iumens en Espagne conçoiuent au seul hannis­se­ment des cheuaux estans à l’autre riue.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 284v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_575]
(texte original).

[Zephirin. Souffle­ment ou souf­flet, vente­let.]

[Voir aussi Æole, Aqui­lon, Austre, Bise, Boree…]