««« miel »»»

« mella » (latin) ou « miel » dans :
Ma­rulle
1497
~ Non tot Attica mella… (L’Attique n’a pas tant de miel…)
Ron­sard
1552
~ Que tout partout…
~ En ma douleur…
~ Ô traits fichés…
Bel­leau
1572
~ Ainsi que les lau­riers…
Turrin
1572
~ Chênes coulez le miel…
Cour­tin
1581
~ Il était jour…
La Jessée
1583
~ Que toutes nos forêts…
~ Je meurs vivant…
Jacques de Romieu
1584
~ Ni ce miel qui si doux…
Du Monin
1585
~ Quoi ? bessons pilo­tis…
Isaac Habert
1585
~ Tu as laissé ton Dieu…
Expil­ly
1596
~ Avant qu’une autre Dame…
~ Cypris, Pithon, Minerve…
Grisel
1599
~ Le rocher endurci…
Mont­chres­tien
1601
~ Par toi vont com­men­cer…
Claude Gar­nier
1609
~ Quelle splen­deur…
d’Aubi­gné
[1874]
~ Du plus subtil du feu…

~#~














 

Miel. Hy­met­tien, doux, attique, rou­soyant, savou­reux, épais, roux, manne céleste, hy­bléan, déli­cieux, sub­til, pro­fi­table, li­quide, jaune, suave, dou­ce­reux, sucré, glu­ant, rous­sâtre, aigu, pres­sé, odo­rant, vis­queux, pur, écu­meux, pesant, rosi­neux, doré, cécro­pien.

Le meilleur Miel de tous est celui d’envi­ron Athènes, et prin­ci­pa­le­ment qu’on trouve en la mon­tagne Hymette : Celui qui le seconde en bon­té vient ès îles Cyclades, et en Sicile où il est sur­nom­mé Hybléan.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 166v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_339]
(texte modernisé).

[Amiellé /-ée. Blandis­se­ment et blan­dices, parole.]

[Emmiellé /-ée /-s. Allè­che­ment, am­broi­sie, amorce, Amour, appât, dou­ceur, eau, fruits ou frui­tages, lait, lèvres, manne du ciel, mots, Muses, nec­tar, plai­sir, somme ou som­meil, ven­dange, vers.]

[[Mon] miel. Nos amou­reux tran­sis […] en leurs écrits, prin­ci­pa­le­ment vers celles dont ils espèrent obte­nir quel­que faveur, […] appellent [ainsi leur] amou­reuse ou amante.]

[Miellé. Vin.]

[Mielleux /-euse /-s. Allè­che­ment, am­broi­sie, appât, ba­boles, blan­dis­se­ment et blan­dices, bouche, Catulle, chant et chan­son, dou­ceur, eau, élo­quence, fa­conde, fruits ou frui­tages, goût, grappe, langue, manne du ciel, nec­tar, Orphée, parole, plai­sir, poé­trons, rai­sin, vers, vin, voix, vo­lup­té.]

[Miellière. Abeille.]

[Voir aussi amiel­lure et pavot.]


 

«««  #  »»»

Miel. Hy­met­tien, doux, attique, rou­soiant, sauou­reus, espais, roux, manne celeste, hy­blean, deli­tieus, sub­til, prof­fi­table, li­quide, iaune, suaue, dou­ce­reus, suc­cré, glu­ant, rous­sastre, agu, pres­sé, odo­rant, vis­queus, pur, escu­meus, pesant, rosi­neus, doré, cecro­pien.

Le meilleur Miel de tous est celui d’enui­ron Athenes, & prin­ci­pa­le­ment qu’on trouue en la mon­tagne Hymette: Celui qui le seconde en bon­té vient és isles Cyclades, & en Sicile ou il est sur­nom­mé Hyblean.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 166v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_339]
(texte original).

[Amiellé /-ee. Blandis­se­ment & blan­dices, parole.]

[Emmiellé /-ee /-ez / -ees. Alle­che­ment, am­bro­sie, amorce, Amour, appast, dou­ceur, eau, fruits ou frui­tages, laict leures, manne du ciel, mots, Muses, nec­tar, plai­sir, somme ou som­meil, ven­dange, vers.]

[[Mon] miel. Noz amou­reus tran­sis […] en leurs escrits, prin­ci­pa­le­ment vers celles dont ils esperent obte­nir quel­que faueur, […] appelent [ainsi leur] amou­reuse ou amante.]

[Miellé. Vin.]

[Mielleus /-euse /-s [mieilleuses]. Alle­che­ment, am­bro­sie, appast, ba­boles, blan­dis­se­ment & blan­dices, bouche, Catule, chant & chan­son, dou­ceur, eau, elo­quence, fa­conde, fruits ou frui­tages, goust, grappe, langue, manne du ciel, nec­tar, Orphee, parole, plai­sir, poe­trons, rai­sin, vers, vin, voix, vo­lup­té.]

[Mielliere. Abeille.]

[Voir aussi amiel­leure et pauot.]