Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« ambroisie »»»

« ambroisie » dans :
Du Bellay
1558
~ Si fruits, raisins, et blés…
d’Aubigné
[1874]
~ Du plus subtil du feu…

~#~














 

Ambroisie. Céleste, douce, sucrée, déli­cieuse, aimable, friande, divine, salu­taire, doux-sucrée, immor­telle, mielleuse ou emmiellée, souve­raine, savou­reuse.

Les Poètes feignent que l’Ambroisie est la viande des dieux, de laquelle ceux qui en ont mangé sont par eux réputés immortels.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 13r° [Gallica, N0050715_PDF_32]
(texte modernisé).

[Ambrosien /-ienne. Haleine, odeur bonne, raisin.]

[Ambrosin /-ine /-s. Baiser, bouche, douceur, fruits ou fruitages, manne du ciel, odeur bonne, rosée, sein, sucre.]

[Voir aussi Ixion et nectar.]























Ambrosie. Celeste, douce, succree, deli­cieuse, aimable, friande, diuine, salu­taire, dou-succree, immor­telle, mielleuse ou emmiellee, souue­raine, sauou­reuse.

Les Poëtes feignent que l’Ambrosie est la viande des dieux, de laquelle ceux qui en ont mangé sont par eux reputez immortels.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 13r° [Gallica, N0050715_PDF_32]
(texte original).

[Ambrosien /-ienne. Haleine, odeur bonne, raisin.]

[Ambrosin /-ine /-s. Baiser, bouche, douceur, fruits ou fruitages, manne du ciel, odeur bonne, rosee, sein, succre.]

[Voir aussi Ixion et nectar.]