««« bou­che »»»

« bouche » ou « bouches » dans :
Du Bellay
1549
~ De grand’ Beauté…
1550
~ Ces cheveux d’or, ce front…
Tyard
1549
~ Sous ton haut front…
1555
~ À l’œil brillant…
Ron­sard
1552
~ Avec les lis…
~ Ni ce corail…
~ Ce ris plus doux…
~ Son chef est d’or…
Baïf
1552
~ Dans ces coraux…
1555
~ Ma Francine est partout…
~ Ô beaux yeux azu­rins…
1573
~ Trait, feu, piège d’Amour…
~ Jamais œil, bouche, poil…
Des Autels
1553
~ Bénites soient…
Magny
1553
~ Elle est à vous…
1557
~ Ces beaux cheveux dorés…
Le Caron
1554
~ Ni les honneurs…
Phi­lieul
1555
~ Ayant parfois honte… (Canz. 20)
Pasquier
1555
~ Lorsque ma dame…
~ Et de ses yeux…
Buttet
1561
~ Tu as ce crin…
~ Ô blonds cheveux…
Saint-Gelais
1574 [1873]
~ Du triste cœur…
Chante­louve
1576
~ En noble sang…
Jamyn
1579
~ Ô beaux cheveux…
Le Loyer
1579
~ Du lustre, des appâts…
La Jessée
1583
~ Ma Nymphe a les yeux verts…
~ Ni l’or qui va dorant…
Jacques de Romieu
1584
~ Ni ce miel qui si doux…
Joseph Du Chesne
1584
~ Que plutôt les Autans…
Du Buys
1585
~ De notre Odet…
Bi­rague
1585
~ Un poil blond enla­cé…
Isaac Habert
1585
~ Blonds sont ses longs cheveux…
Trellon
1587
~ De la bouche, des yeux…
Poupo
1590
~ Il n’y a pas au bord…
Expil­ly
1596
~ Tu t’en allais déjà…
Las­phrise
1597
~ Ce riche entendement…
~ Heureux qui est muet…
~ Phèbe, Cypris, Pithon…
Guy de Tours
1598 [1878]
~ Ô doux regards…
~ Ô cheveux, doux liens…
Grisel
1599
~ Si vous comptez les flots…
Nostre­dame
1606
~ Pensons un peu…
1608
~ Comme un peintre excellent…
Lope de Vega (Lance­lot, traduc­teur)
1622
~ Tous les ruisseaux ouverts…

~#~














 

Bouche. Parle­resse ou par­lante, vermeille, coral­line, douce, mignarde, ronde­lette, sucrée, bien-disante, cina­brine, faconde, riante, languarde ou lan­ga­gère, moite, fraîche, béante, necta­rine, amiable, inter­prète des dieux, rosi­neuse, belle, ambro­sine, fendue, blandis­sante, criarde, mielleuse, ouverte, flatte­resse ou flat­tarde, inju­rieuse, médi­sante, pourprée, babil­larde, gloute ou glou­tonne, baise­resse. Les dimi­nu­tifs Bouchette et Bou­che­lette.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 38v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_83]
(texte modernisé).

[Bien-embouché. Con.]

[[Ma] bouche. Nos amou­reux transis […] en leurs écrits, princi­pa­le­ment vers celles dont ils espèrent obte­nir quelque faveur, […] appellent [ainsi leur] amou­reuse ou amante.]

[Torche-bouche, c.-à-d. auquel on ne paie rien. Banquet.]

[Voir aussi lèvres.]






















«««  #  »»»

Bouche. Parle­resse ou par­lante, vermeille, cora­line, douce, mignarde, ronde­lette, succree, bien­disante, cina­brine, faconde, riante, langarde ou lan­ga­gere, moite, fraiche, beante, necta­rine, amiable, inter­prete des dieux, rosi­neuse, belle, ambro­sine, fendue, blandis­sante, criarde, mielleuse, ouuerte, flate­resse ou fla­tarde, iniu­rieuse, medis­sante, pourpree, babil­larde, gloute ou glou­tonne, baise­resse. Les dim. Bouchette & Bou­che­lette.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 38v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_83]
(texte original).

[Bien-embousché. Con.]

[[Ma] bouche. Noz amou­reus transis […] en leurs escrits, princi­pa­le­ment vers celles dont ils esperent obte­nir quelque faueur, […] appelent [ainsi leur] amou­reuse ou amante.]

[Torche-bouche, I. auquel on ne paie rien. Banquet.]

[Voir aussi leures.]