Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« poisson »»»

« pisces » (latin), « poissons » ou « poisson » dans :
Virgile
1er siècle [1473]
~ Ante leves ergo…
Ovide
1er siècle [1492]
~ Autant qu’il y a de coquillages…
Marulle
1497
~ L’Attique n’a pas tant de miel…
Marot
1532
~ Doncques plutôt…
François Habert
1541
~ Recevez donc…
1549
~ Plutôt poissons…
Du Bellay
1553
~ Plutôt les Cerfs…
Ronsard
1555
~ Autant qu’un rivage a…
1557
~ Le printemps n’a point…
Fontaine
1555
~ Mon petit fils… [strophe 3]
Baïf
1555
~ Ni la mer tant de flots…
La Péruse
1555
~ Cesser, chère Nourrice ?…
Bugnyon
1557
~ Malgré le sort…
Buttet
1561
~ Plutôt sera l’aigle en l’onde…
Belleau
1572
~ Plutôt la terre avortera…
~ Ainsi que les lauriers…
Gadou
1573
~ Si vous voulez savoir…
Jodelle
1575
~ Ton Neptun mon Binet
Hesteau
1578
~ La Nature a donné…
La Jessée
1583
~ Qui comme une Ariane…
~ Les Cerfs légers…
~ Ô guerre, ô paix…
Blanchon
1583
~ Le Roi du jour…
~ L’Amour, la Mort, le sort…
~ La rigueur du Tyran…
Cornu
1583
~ Plutôt au ciel astré…
Jamyn
1584 [1879]
~ L’été sera l’hiver…
Isaac Habert
1585
~ Autant qu’on voit la nuit…
Poupo
1590
~ Mais plutôt les poissons…
Brisset
1590
~ Quel nouveau changement !…
Expilly
1596
~ Ne trouver point de fin…
Lasphrise
1597
~ Je penserais plutôt…
~ La beauté se fait voir…
Grisel
1599
~ Le rocher endurci…
Angot
1603
~ Ni l’Hiver refroidi…
Claude Garnier
1609
~ Tant d’Astres clairs…
~ Devant que l’attrait belliqueur…
~ Est-ce inhumaine…
~ Ni mont, ni roc…
d’Aubigné
1616
~ La flûte qui joua…

~#~
















les poissons :
peuples portant écailles, peuples écaillés, peuple muet qui est dedans les eaux
¶ le troupeau écaillé, le troupeau d’Amphi­trite
 

Poisson. Écaillé, doux, fade, aqueux ou aqua­tique, palustre, vagabond, fluvia­tile, nageur, friable, tendre, clair, cétacé, lacustre, rivager, délicieux, émaillé, sautelant, noueur, saxatile, écailleux, citoyen marin, fluvial, tortil­lonnant, arêteux, humide, azuré, vite, flegma­tique, ondoyant, muet ou mut, âpre, fuyard, argentin, luisant, pinneux, délicat, étrange, gourmand, avide, coquilleux, friand, mol, ferme, épineux. Le dimi­nutif Poissonnet.

L’histoire et géné­ration des Poissons est admi­rable, pariant la plupart en se frayant le ventre l’un contre l’autre, avec telle vitesse, qu’il n’y a œil si prompt lequel y puisse prendre garde. Toutefois les Dauphins, et autres poissons cétacés demeurent quelque peu davantage à frayer.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 212r° [Gallica, N0050715_PDF_430]
(texte modernisé).

[Poissonneux /-euse. Eau, étang, fleuve, fontaine, marée, nacelle, onde, rivage ou rive, rivière, roc, roche ou rocher, sable, Seine, troupe ou troupeau.]

[Poissonnier /-ière. Lac, nasse, nau, nave, navire ou nef, roc, roche ou rocher.]

[Voir aussi able ou ablette, alose, anguille, brème, brochet, carpe, éperlan, gardon, hareng, lamie, lamproie, lotte, maquereau, morue, munier, perche, plie, raie, rouget, roussette, saumon, seiche, truite, vairon, vandoise… — voir encore baleine, conque, dauphin…]























Poisson. Escaillé, doux, fade, aqueus ou aqua­tique, palustre, vagabond, fluuia­tile, nageur, friable, tendre, clair, cetacé, lacustre, riuager, delitieus, esmaillé, sautelant, noüeur, saxatile, escailleus, citoien marin, fluuial, tortil­lonnant, aresteus, humide, azuré, viste, flegma­tique, ondoiant, muet ou mut, aspre, fuiard, argentin, luisant, pinneus, delicat, estrange, gourmand, auide, coquilleus, friand, mol, ferme, espineus. Le dimi­nutif Poissonnet.

L’histoire & gene­ration des Poissons est admi­rable, parians la plus part en se fraiant le ventre l’vn contre l’autre, auec telle vistesse, qu’il n’y a œil si prompt lequel y puisse prendre garde. Toutesfois les Dauphins, & autres poissons cetacés demeurent quelque peu dauantage à fraier.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 212r° [Gallica, N0050715_PDF_430]
(texte original).

[Poissonneus /-euse. Eau, estang, fleuue, fontaine, maree, nasselle, onde, riuage ou riue, riuiere, roc, roche ou rocher, sable, Seine, troupe ou troupeau.]

[Poissonnier /-iere. Lac, nasse, nau, naue, nauire ou nef, roc, roche ou rocher.]

[Voir aussi able ou ablette, alose, anguille, brame, brochet, carpe, esperlan, gardon, haren, lamie, lamproie, lote, maquereau, morue, munier, perche, plie, raie, rouget, roussette, saulmon, seiche, truite, vandoise, veron… — voir encore baleine, conque, dauphin…]