Joachim BLANCHON (?-?)
J’aime la Paix…
Paris, Thomas Périer, 1583.

J’aime la Paix, et suis toujours en Guerre,
J’aime à régner, et cherche le Tombeau,
Je hais l’Amour, et rien ne m’est plus beau,
Je vole au Ciel, et m’accroupis en terre.

Dans la prison, et en liberté j’erre,
Chargé de fers, et si suis sans fardeau,
J’espère, et crains, et brûle dedans l’eau,
Joyeux et gai, et la douleur m’enterre.

Je vois bien clair, aveuglé, et sans yeux,
Sans langue aussi, je pénètre les Cieux,
Un autre j’aime ennemi de moi-même.

L’hiver je brûle, et l’Été meurs de froid,
Voila l’état, Madame où l’on me voit,
Pour vous aimer d’une amitié extrême.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

J’aime la Paix, et suis toujours en Guerre,
J’aime à régner, et cherche le Tombeau,
Je hais l’Amour, et rien ne m’est plus beau,
Je vole au Ciel, et m’accroupis en terre.

Dans la prison, et en liberté j’erre,
Chargé de fers, et si suis sans fardeau,
J’espère, et crains, et brûle dedans l’eau,
Joyeux et gai, et la douleur m’enterre.

Je vois bien clair, aveuglé, et sans yeux,
Sans langue aussi, je pénètre les Cieux,
Un autre j’aime ennemi de moi-même.

L’hiver je brûle, et l’Été meurs de froid,
Voila l’état, Madame où l’on me voit,
Pour vous aimer d’une amitié extrême.

 

En ligne le 30/01/05.
Dernière révision le 28/09/10.