Jacques PELETIER du mans (1517-1582)
Je deviens las…
Lyon, Jean de Tournes, 1555.

Je deviens las, pour toujours plus courir :
Je donne tout, pour toujours plus devoir :
J’ouvre les yeux, pour plus troublement voir :
Je fais le bien, pour reproche encourir :

Aide je quiers, pour ne me secourir :
J’attends toujours, pour jamais rien n’avoir :
Peine je prends, pour mon malheur savoir :
Je vis longtemps, pour plus de fois mourir :

J’ouvre l’esprit, pour clore mon désir :
Cent buts je vois, pour aucun ne choisir :
Je vise à un, pour tous, fors lui, frapper :

J’embrasse tout, pour laisser tout le faix :
Je fuis toujours, pour jamais n’échapper :
Hélas, Amour, fais tôt ce que tu fais.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Je deviens las, pour toujours plus courir :
Je donne tout, pour toujours plus devoir :
J’ouvre les yeux, pour plus troublement voir :
Je fais le bien, pour reproche encourir :

Aide je quiers, pour ne me secourir :
J’attends toujours, pour jamais rien n’avoir :
Peine je prends, pour mon malheur savoir :
Je vis longtemps, pour plus de fois mourir :

J’ouvre l’esprit, pour clore mon désir :
Cent buts je vois, pour aucun ne choisir :
Je vise à un, pour tous, fors lui, frapper :

J’embrasse tout, pour laisser tout le faix :
Je fuis toujours, pour jamais n’échapper :
Hélas, Amour, fais tôt ce que tu fais.

 

En ligne le 18/04/07.
Dernière révision le 05/01/14.