Jean de LA JESSÉE (1551-?)
Qu’on nombre l’Ost…
Anvers, Christofle Plantin, 1583.

«««

textes de
La Jessée

»»»


«««

dispo­sition du
pré­ambule
(vers 1-8)

»»»


«««

»»»


«««

propos :
les douleurs de l’amant

»»»

Qu’on nombre l’Ost des clairs feux nocturnaux,
Le sable épars en l’Afrique recuite,
Les flots marins qui d’une horrible suite
Font périller les voyagères Naux.

Qu’on nombre aussi les tourments Infernaux,
Les cris, l’effroi, d’un gros Camp mis en fuite :
Les durs regrets, la plainte en pleurs réduite,
D’un qui ses yeux fait sourcer en canaux.

Mes soins cruels dont Amour ne tient compte,
Passent de loin et l’un et l’autre compte :
Tant je foisonne en rages, et douleurs.

Tragique horreur, ne cherche ailleurs des larmes,
Des peurs, des coups, des gênes, des alarmes :
C’est moi qui suis un Chaos de malheurs !

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Qu’on nombre l’Ost des clairs feux nocturnaux,
Le sable épars en l’Afrique recuite,
Les flots marins qui d’une horrible suite
Font périller les voyagères Naux.

Qu’on nombre aussi les tourments Infernaux,
Les cris, l’effroi, d’un gros Camp mis en fuite :
Les durs regrets, la plainte en pleurs réduite,
D’un qui ses yeux fait sourcer en canaux.

Mes soins cruels dont Amour ne tient compte,
Passent de loin et l’un et l’autre compte :
Tant je foisonne en rages, et douleurs.

Tragique horreur, ne cherche ailleurs des larmes,
Des peurs, des coups, des gênes, des alarmes :
C’est moi qui suis un Chaos de malheurs !

 

En ligne le 29/01/05.
Dernière révision le 22/12/12.