Pierre de RONSARD (1524-1585)
Le feu jumeau…
Paris, veuve Maurice de La Porte, 1552.
ouvrir sur Gallica : Les Amours, p. 90.

Le feu jumeau de Madame brûlait
Par le rayon de sa flamme divine,
L’amas pleureux d’une obscure bruine
Qui de leur jour la lumière celait.

Un bel argent chaudement s’écoulait
Dessus sa joue, en la gorge ivoirine,
Au paradis de sa chaste poitrine,
Où l’Archerot ses flèches émoulait.

De neige tiède était sa face pleine,
D’or ses cheveux, ses deux sourcils d’ébène,
Ses yeux m’étaient un bel astre fatal :

Roses et lis, où la douleur contrainte
Formait l’accent de sa juste complainte,
Feu ses soupirs, ses larmes un cristal.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Le feu jumeau de Madame brûlait
Par le rayon de sa flamme divine,
L’amas pleureux d’une obscure bruine
Qui de leur jour la lumière celait.

Un bel argent chaudement s’écoulait
Dessus sa joue, en la gorge ivoirine,
Au paradis de sa chaste poitrine,
Où l’Archerot ses flèches émoulait.

De neige tiède était sa face pleine,
D’or ses cheveux, ses deux sourcils d’ébène,
Ses yeux m’étaient un bel astre fatal :

Roses et lis, où la douleur contrainte
Formait l’accent de sa juste complainte,
Feu ses soupirs, ses larmes un cristal.

 

En ligne le 10/09/14.
Dernière révision le 19/03/17.