Jacques de COURTIN (v.1560-1584)
Ô doux dédain…
Paris, Gilles Beys, 1581.

«««

textes de
Courtin

»»»


«««

ana­phore de
« doux »
(vers 1-11)

 


«««

 

Ô doux dédain, doux feu, douce bataille,
Doux désespoir, pleurs versés doucement,
Gentil parler entendu gentiment,
Qui me guerroie et d’estoc, et de taille.

Ô doux travaux, doux mal, douce tenaille,
Douces amours, doux souci, doux tourment,
Douce rigueur douce cruellement,
Douce beauté que ma Clion émaille.

Ô doux liens, ô douce cruauté,
Douce langueur, douce captivité,
Doux chants, doux ris, doux cheveux mon dommage,

Tout ce qui vient de vous est doucereux,
Hormis, mon Cœur, la clarté de vos yeux,
Vos yeux tyrans du plus beau de mon âge.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

«««

textes de
Courtin

»»»

«««

1581

»»»

«««

ana­phore
de « doux »

 



texte
ori­ginal



~#~

Ô doux dédain, doux feu, douce bataille,
Doux désespoir, pleurs versés doucement,
Gentil parler entendu gentiment,
Qui me guerroie et d’estoc, et de taille.

Ô doux travaux, doux mal, douce tenaille,
Douces amours, doux souci, doux tourment,
Douce rigueur douce cruellement,
Douce beauté que ma Clion émaille.

Ô doux liens, ô douce cruauté,
Douce langueur, douce captivité,
Doux chants, doux ris, doux cheveux mon dommage,

Tout ce qui vient de vous est doucereux,
Hormis, mon Cœur, la clarté de vos yeux,
Vos yeux tyrans du plus beau de mon âge.

 

En ligne le 04/04/16.
Dernière révision le 04/04/16.