François de CHANTELOUVE (?-?)
Ô pas épars…
Paris, Nicolas Bonfons, 1576.

Ô pas épars, ô penser vagabond,
Ô souvenir constant, ô fière ardeur,
Ô fort désir, ô imbécile cœur,
Ô mes yeux, yeux non, mais fontaines sont.

Ô Dame, qui me fais hausser le front,
Ô seule enseigne au Poétique cœur,
Ô vie trop peineuse, ô doux erreur,
Qu’aller me fais par plaines et par mont.

Ô beau regard auquel l’amour a mis
L’épron, et frein, dont il me tourne, et pique,
Comme il lui plaît, sans pouvoir résister.

Ô vous gentils, et amoureux esprits,
Vous ombres ? qu’on voit par le monde errer,
Voyez l’ennui que me donne Angélique.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Ô pas épars, ô penser vagabond,
Ô souvenir constant, ô fière ardeur,
Ô fort désir, ô imbécile cœur,
Ô mes yeux, yeux non, mais fontaines sont.

Ô Dame, qui me fais hausser le front,
Ô seule enseigne au Poétique cœur,
Ô vie trop peineuse, ô doux erreur,
Qu’aller me fais par plaines et par mont.

Ô beau regard auquel l’amour a mis
L’épron, et frein, dont il me tourne, et pique,
Comme il lui plaît, sans pouvoir résister.

Ô vous gentils, et amoureux esprits,
Vous ombres ? qu’on voit par le monde errer,
Voyez l’ennui que me donne Angélique.

 

En ligne le 15/05/16.
Dernière révision le 21/06/16.