Clovis HESTEAU (?-?)
Toujours de Jupiter…
Paris, Abel L’Angelier, 1578.
ouvrir sur Gallica : Amours, sonnet XCIX, f° 57v°.

Toujours de Jupiter le foudroyant tonnerre,
N’écorne étincelant les Rocs fermeplantés :
Toujours des monts brûlants les gosiers éventés,
N’emplissent l’air de flamme et de cendre la Terre :

Toujours l’Austre mutin les grands sapins n’atterre,
Toujours des flots hideux les Cieux ne sont hantés,
Et toujours des mortels les cœurs épouvantés,
Ne frémissent au choc qu’un orage desserre :

Toujours l’alme Soleil loin de nos yeux ne luit,
Toujours nous ne voyons les horreurs de la nuit,
Et toujours les enfers ne s’aggravent d’encombres :

Tout change quelquefois dessous le firmament,
Le calme suit l’orage et la clarté les ombres,
Mais mon malheureux sort dure éternellement.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Toujours de Jupiter le foudroyant tonnerre,
N’écorne étincelant les Rocs fermeplantés :
Toujours des monts brûlants les gosiers éventés,
N’emplissent l’air de flamme et de cendre la Terre :

Toujours l’Austre mutin les grands sapins n’atterre,
Toujours des flots hideux les Cieux ne sont hantés,
Et toujours des mortels les cœurs épouvantés,
Ne frémissent au choc qu’un orage desserre :

Toujours l’alme Soleil loin de nos yeux ne luit,
Toujours nous ne voyons les horreurs de la nuit,
Et toujours les enfers ne s’aggravent d’encombres :

Tout change quelquefois dessous le firmament,
Le calme suit l’orage et la clarté les ombres,
Mais mon malheureux sort dure éternellement.

«««  topos de l’inconstance  »»»
««« " Non semper imbres… "  »»»
 

En ligne le 25/02/06.
Dernière révision le 28/01/17.