Étienne DU TRONCHET (?-1585)
Heureux soit ce jour-là…
Lyon, P. Frellon et A. Cloquemin, 1595.

HEureux soit ce jour-là, et le mois et l’année,

Heureuse la saison, le temps, l’heure, et le point,
Le pays singulier, le lieu où je fus joint
À deux yeux excellents prisons de ma pensée.

Heureux premier tourment, quand mon âme offensée,
Et mon cœur avec elle au vôtre fut conjoint,
Les sagettes et l’arc par lesquels je fus point
Et dont fut à jamais ma poitrine blessée :

Heureuse encore soit celle voix par laquelle
J’ai proféré le nom de maîtresse si belle,
Les pleurs, et les désirs, et les soupirs cuisants.

Heureux aussi soient tous mes écrits de par elle,
Dont j’ai acquis honneur la rendant immortelle,
Et dont à elle seule j’adresse mes présents.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

HEureux soit ce jour-là, et le mois et l’année,

Heureuse la saison, le temps, l’heure, et le point,
Le pays singulier, le lieu où je fus joint
À deux yeux excellents prisons de ma pensée.

Heureux premier tourment, quand mon âme offensée,
Et mon cœur avec elle au vôtre fut conjoint,
Les sagettes et l’arc par lesquels je fus point
Et dont fut à jamais ma poitrine blessée :

Heureuse encore soit celle voix par laquelle
J’ai proféré le nom de maîtresse si belle,
Les pleurs, et les désirs, et les soupirs cuisants.

Heureux aussi soient tous mes écrits de par elle,
Dont j’ai acquis honneur la rendant immortelle,
Et dont à elle seule j’adresse mes présents.

 

En ligne le 24/10/05,
versé dans l’anthologie principale le 08/04/16.
Dernière révision le 15/04/16.