Salomon CERTON (1552-v.1620)
L’épouvantable plant…

C

LÉpouvantable plant des pointes de Memphis,
Le tortueux entour de la prison serrée
Du fils de Pasiphæ, Et la tour enferrée
Que pour ta Danaé rude père tu fis.

L’or, l’azur, et l’émail des ailerons du fils,
De la fille à la mer : Et la plaine azurée
Qui prit jadis son nom de la lourde virée
Que sentit le voleur, Phébus, que tu défis.

Les Titans guerroyant dessous la troupe haute,
Et le Saturnien qui de foudres n’a faute
Sur leurs têtes dardant son soufre garde-Dieux :

Le fugitif de Troie, Et depuis, le bon homme
Qui la louve sevra des bâtisseurs de Rome,
J’ai vu au peu de temps que j’ai fermé les yeux.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 

Son­net


texte
ori­ginal


pleine page


œuvres de
Certon

dispo­nibles sur Gallica


 

C

LÉpouvantable plant des pointes de Memphis,
Le tortueux entour de la prison serrée
Du fils de Pasiphæ, Et la tour enferrée
Que pour ta Danaé rude père tu fis.

L’or, l’azur, et l’émail des ailerons du fils,
De la fille à la mer : Et la plaine azurée
Qui prit jadis son nom de la lourde virée
Que sentit le voleur, Phébus, que tu défis.

Les Titans guerroyant dessous la troupe haute,
Et le Saturnien qui de foudres n’a faute
Sur leurs têtes dardant son soufre garde-Dieux :

Le fugitif de Troie, Et depuis, le bon homme
Qui la louve sevra des bâtisseurs de Rome,
J’ai vu au peu de temps que j’ai fermé les yeux.

 

En ligne le 04/12/13.
Dernière révision le 16/12/13.