Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« voû­te »»»

« voûte », « voûtes » ou « voû­ture » dans :
Ronsard
1552
~ Ce beau corail…
~ Avec les lis…
1553
~ Toujours ne tempête…
La Haye
1553
~ Voûte élevée…
Le Loyer
1576
~ Quand j’aperçois…
Le Saulx
1577
~ Si quelqu’un peut nombrer… (Th. 147)
Birague
1585
~ Du vagueux Océan…
Brisset
1589
~ Quel nouveau changement !…
Grisel
1599
~ Ces sourcils ébé­nins…
Certon
1620
~ Si vite par la plaine…

~#~
















¶ la « voûte du monde » (Ronsard), les « voûtes éthé­rées » (Birague), la « voûte éthé­rée » (Certon) : le ciel.
 



















«««  #  »»»

Voulte ou Voulture. Pendante, cornue, esle­uee, forte, coquil­liere, fraiche, pontueuse, courbe ou cour­bee, archere, demi-ronde, caueuse ou ca­uer­neuse, suble­uee, cieline.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 283r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_572]
(texte original).

[Mi-vouté [+mi-uouté] /-ee. Bosse, cercueil, sillon.]

[Racourcis en voute, voutis. Sourcils.]

[Reuouté en bosse. Front.]

[Vouté [+vousté] /-ee /-ez /-és. Antre, arc, caue, chapelle, ciel, cerne ou cercle, flots, front, ieux [yeux], laby­rinthe, pieds, prison, sourcils, temple, vieil ou vieil­lard, vieillesse.]

[Voute-estoille. Ciel.]