Clovis HESTEAU (?-?)
Je ne puis trouver paix…
Paris, Abel L’Angelier, 1578.
ouvrir sur Gallica : Amours, sonnet XXI, f° 38r°.

Je ne puis trouver paix et n’ai où faire guerre,
J’espère au désespoir, je brûle et suis en glace :
Sans pouvoir rien tenir tout le monde j’embrasse,
Et tel m’a prisonnier qui ne m’ouvre ou resserre.

Je vole sur les Cieux et languis en la terre,
Je forcène d’amour et jamais ne m’en lasse.
L’on ne veut que je vive et moins que je trépasse,
Et tel ne me veut point qui mon lacs ne desserre.

Je vois sans yeux, j’ois sourd, et sans langue je crie :
Je cherche ma ruine et le secours je prie,
Je veux mal à moi-même et un chacun j’honore :

Je me pais de douleur, pleurant faut que je rie :
Également me plaît et la mort et la vie,
Et vous seule causez l’ennui qui me dévore.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Je ne puis trouver paix et n’ai où faire guerre,
J’espère au désespoir, je brûle et suis en glace :
Sans pouvoir rien tenir tout le monde j’embrasse,
Et tel m’a prisonnier qui ne m’ouvre ou resserre.

Je vole sur les Cieux et languis en la terre,
Je forcène d’amour et jamais ne m’en lasse.
L’on ne veut que je vive et moins que je trépasse,
Et tel ne me veut point qui mon lacs ne desserre.

Je vois sans yeux, j’ois sourd, et sans langue je crie :
Je cherche ma ruine et le secours je prie,
Je veux mal à moi-même et un chacun j’honore :

Je me pais de douleur, pleurant faut que je rie :
Également me plaît et la mort et la vie,
Et vous seule causez l’ennui qui me dévore.

 

En ligne le 30/11/04.
Dernière révision le 15/09/10.