Jean de LA JESSÉE (1551-?)
Heureux qui voit…
Anvers, Christofle Plantin, 1583.

Heureux qui voit ma gentille Maîtresse,
Ces yeux divins, ce blond poil crêpelu !
Et ce haut front des Grâces même élu
Pour un miroir d’amour, et d’allégresse !

Heureux qui voit sa lèvre charmeresse,
Lorsqu’elle rit : ce menton fosselu,
Ce double Ivoire en rondeur pommelu,
Ce port Royal, et son humble caresse.

Heureux qui voit sa charnure, et sa peau :
Peau, non ! ains Jaspe et délicat, et beau,
Qui joue, et mains, grassettement décore.

Mais plus heureux l’Époux cent fois sera
Qui jeune, et gai, la Nymphe embrassera
Que le Ciel aime, et que la Terre adore.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Heureux qui voit ma gentille Maîtresse,
Ces yeux divins, ce blond poil crêpelu !
Et ce haut front des Grâces même élu
Pour un miroir d’amour, et d’alegresse !

Heureux qui voit sa lèvre charmeresse,
Lorsqu’elle rit : ce menton fosselu,
Ce double Ivoire en rondeur pommelu,
Ce port Royal, et son humble caresse.

Heureux qui voit sa charnure, et sa peau :
Peau, non ! ains Jaspe et délicat, et beau,
Qui joue, et mains, grassettement décore.

Mais plus heureux l’Époux cent fois sera
Qui jeune, et gai, la Nymphe embrassera
Que le Ciel aime, et que la Terre adore.

 

En ligne le 04/12/11.
Dernière révision le 27/11/16.