Joachim DU BELLAY (1522-1560)
Qui a vu les Lis, et les Roses…
Paris, Arnoul L’Angelier, 1549.

«««

textes de
Du Bellay

»»»


«««

dis­po­si­tion du
pré­am­bule
(2e stro­phe)

»»»


«««

»»»


 

propos :
les grâces des
demoi­selles

»»»

[…] 

Qui a vu les Lis, et les Roses
Avec la belle Aube décloses,
Celui a vu votre beau Teint :
Dont le Blanc, et Vermeil ensemble
Le Pourpre coloré ressemble,
Et du Lait la Blancheur éteint.

Qui a compté les fleurs sacrées
Des Rives, Campagnes, et Prées,
Dont l’Air, quand il est plus riant,
Orne les Cheveux de la Terre,
Et les Pierres, que l’on va querre
Par tant de flots en Orient :

Celui a nombré (ce me semble)
Vos Grâces, et Vertus ensemble
Avecques les Traits de vos yeux,
Dont mille, et mille flèches darde
Contre celui, qui vous regarde,
L’Enfant, qui surmonte les Dieux.

[…] 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

[…] 

Qui a vu les Lis, et les Roses
Avec la belle Aube décloses,
Celui a vu votre beau Teint :
Dont le Blanc, et Vermeil ensemble
Le Pourpre coloré ressemble,
Et du Lait la Blancheur éteint.

Qui a compté les fleurs sacrées
Des Rives, Campagnes, et Prées,
Dont l’Air, quand il est plus riant,
Orne les Cheveux de la Terre,
Et les Pierres, que l’on va querre
Par tant de flots en Orient :

Celui a nombré (ce me semble)
Vos Grâces, et Vertus ensemble
Avecques les Traits de vos yeux,
Dont mille, et mille flèches darde
Contre celui, qui vous regarde,
LEnfant, qui surmonte les Dieux.

[…] 

 

Version de l’édition de 1569 en ligne le 12/01/06,
remplacée par celle de 1549 le 15/06/18.
Dernière révision le 15/06/18.