Pierre de RONSARD (1524-1585)
Avec les lis…
Paris, veuve Maurice de La Porte, 1552.
ouvrir sur Gallica : Sonnets, p. 25.

Avec les lis, les œillets mêliés,
N’égalent point le pourpre de sa face :
Ni l’or filé ses cheveux ne surpasse,
Ore tressés et ore déliés.

De ses coraux en voûte repliés
Naît le doux ris qui mes soucis efface :
Et çà et là partout où elle passe,
Un pré de fleurs s’émaille sous ses pieds.

D’ambre et de musc sa bouche est toute pleine.
Que dirai plus ? J’ai vu dedans la plaine,
Lorsque plus fort le ciel voulait tancer,

Cent fois son œil, qui des Dieux s’est fait maître,
De Jupiter rasséréner la dextre,
Jà jà courbé pour sa foudre élancer.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Avec les lis, les œillets mêliés,
N’égalent point le pourpre de sa face :
Ni l’or filé ses cheveux ne surpasse,
Ore tressés et ore déliés.

De ses coraux en voûte repliés
Naît le doux ris qui mes soucis efface :
Et çà et là partout où elle passe,
Un pré de fleurs s’émaille sous ses pieds.

D’ambre et de musc sa bouche est toute pleine.
Que dirai plus ? J’ai vu dedans la plaine,
Lorsque plus fort le ciel voulait tancer,

Cent fois son œil, qui des Dieux s’est fait maître,
De Jupiter rasséréner la dextre,
Jà jà courbé pour sa foudre élancer.

 

En ligne le 20/06/13.
Dernière révision le 22/06/17.