Maclou de LA HAYE (?-?)
Petite porte…
Paris, Étienne Groulleau, 1553.

Petite porte élaborée ainsi
Que le fort rond d’une tendre limace,
Non blanche moins que les fleurs qu’on amasse
Au plus beau mois du printemps adouci,

Et jointe au flanc du chef d’or éclairci,
À la rondeur d’une antre donne grâce
Couverte d’or, qui mouvant sur sa face
Parfois la cache et la découvre aussi.

Retiens le son de ma clameur plaintive
Qui tourne au roc de ta mémoire vive,
Pour qu’elle puisse, en éternelle fois,

Descendre au front de pitié vergogneuse,
L’eau de mon pleur, plus forte que ma voix,
Ne peut miner ta rigueur dédaigneuse.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

«««

textes de
La Haye

»»»

«««

1553

»»»

«««

 
 

»»»



texte
ori­ginal



~#~

Petite porte élaborée ainsi
Que le fort rond d’une tendre limace,
Non blanche moins que les fleurs qu’on amasse
Au plus beau mois du printemps adouci,

Et jointe au flanc du chef d’or éclairci,
À la rondeur d’une antre donne grâce
Couverte d’or, qui mouvant sur sa face
Parfois la cache et la découvre aussi.

Retiens le son de ma clameur plaintive
Qui tourne au roc de ta mémoire vive,
Pour qu’elle puisse, en éternelle fois,

Descendre au front de pitié vergogneuse,
Leau de mon pleur, plus forte que ma voix,
Ne peut miner ta rigueur dédaigneuse.

 

En ligne le 01/07/17.
Dernière révision le 25/12/17.