««« an ou an­née »»»

« an » ou « ans », « année » ou « années », ou « demi-an » dans :
Du Bellay
1549
~ Ô Prison douce…
Ronsard
1552
~ Ô traits fichés…
Fontaine
1555
~ Mon petit fils… [strophe 2]
Philieul
1555 (1548)
~ Ô doux dédains… (Canz. 205)
Peletier
1555
~ Cette beauté…
Magny
1557
~ Toujours la peste aux Grecs…
Bugnyon
1557
~ Malgré le sort…
d’Espi­nay
1560
~ Ce ne fut pas…
Grévin
1561
~ Ces beaux cheveux crêpés…
Buttet
1561
~ Plutôt sera l’aigle en l’onde…
~ Toujours ne sera d’or…
~ Tu pourras bien…
Gadou
1573
~ Plus la douce clarté…
Goulart
1574
~ Ainsi que l’œil…
Jamyn
1575
~ Si la beauté périt…
~ Combien que l’Océan…
1584 [1879]
~ L’été sera l’hiver…
Chante­louve
1576
~ Béni soit l’an…
Du Pré
1577
~ Rien n’est vu perma­nent…
Le Saulx
1577
~ L’Éternel qui sans jours… (Th. 65)
~ Si quelqu’un peut nombrer… (Th. 147)
Boys­sières
1578
~ Le vert, l’ardeur, le vent…
Hesteau
1578
~ Avoir d’un bref repos…
La Jessée
1583
~ Bienheureux l’an, et jour…
Catherine Des Roches
1583
~ Ausonie, Calabre…
Blanchon
1583
~ Cueillons les fraîches fleurs…
Joseph Du Chesne
1584
~ Que plutôt les Autans…
Du Buys
1585
~ Ton ciel de nuit…
~ Tirer de long travail…
Le Gaygnard
1585
~ D’un destin ordonné…
Perrin
1588
~ Tant heureuse est…
Poupo
1590
~ Quand je serais mille ans…
Chandieu
1591
~ Quand on arrêtera…
Chassi­gnet
1594
~ Plusieurs pour l’an qui vient…
Du Tronchet
1595
~ Heureux soit ce jour-là… (Canz. 61)
Las­phrise
1597
~ Ton poil, ton œil, ta main…
~ Plutôt le monde…
~ Que béni soit le jour…
Guy de Tours
1598 [1878]
~ Belle fleur de quinze ans…
Claude Garnier
1609
~ Mes ans plus beaux…
d’Aubi­gné
1616
~ La flûte qui joua…

~#~














 

An ou Année. Léger, tour­noyant, entre-tassé, fuyard, mobile, floris­sant, bref ou long, préci­pi­teux, fragile, soudain, fuitif, retour­né ou re­tour­nant, fatal, irré­vo­cable, décli­nant, tôt-passé, révo­lu, succes­sif, coulant, vite, peu durable, subsé­cu­tif, glissant, tardif, muable, léger [doublon], volant, serpen­tin, emplu­mé, labile, renais­sant, entre-suivi, rapporte-fruit, variable, survi­vant, tortueux, couleu­vré.

Les Égyp­tiens avant l’inven­tion des lettres, pour signi­fier l’an, ils peignaient un dragon ou serpent qui mordait sa queue.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
ff. 15v°-16r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_37_38]
(texte modernisé).

[Chargé d’ans. Vieil ou vieil­lard.]

[Prince ou fils de l’année. Été.]






















«««  #  »»»

An ou Annee. Leger, tour­noiant, entre-tassé, fuiart, mobile, floris­sant, brief ou long, preci­pi­teus, fragile, soudain, fuitif, retour­né ou re­tour­nant, fatal, irre­uo­cable, decli­nant, tost-passé, reuo­lut, succe­sif, coulant, viste, peu-durable, subse­cu­tif, glissant, tardif, muable, leger [doublon], volant, serpen­tin, emplu­mé, labile, renais­sant, entre-suïui, rapporte-fruit, variable, surui­uant, tortueus, couleu­uré.

Les Ægyp­tiens auant l’inuen­tion des lettres, pour signi­fier l’an, ils peignoient vn dragon ou serpent qui mordoit sa queuë.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
ff. 15v°-16r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_37_38]
(texte original).

[Chargé d’ans. Vieil ou vieil­lard.]

[Prince ou fils de l’annee. Esté.]