Marc Papillon de LASPHRISE (1555-1599)
Il n’est point tant d’envie…
Paris, Jean Gesselin, 1597.

«««

textes de
Lasphrise

»»»


«««

dispo­sition du
pré­ambule
(vers 1-4)

»»»


«««

»»»


«««

propos :
les douleurs de l’amant

»»»

[…] 

Il n’est point tant d’envie,
Ni tant de divers noms,
Tant d’arène d’Asie,
Ni de grains de sablons,
Que j’ai de triste oppresse,
Pour ma belle Maîtresse,
Mais las ! hélas !
Ce qui plus fort me blesse,
Elle ne le croit pas.

[…] 

Qui veut nommer l’encombre,
Qui Amoureux me suit,
Qu’il fasse plutôt nombre
Des flambeaux de la nuit,
Des flots de la marée,
Quand elle est courroucée,
Des malcontents
La grand’ troupe amassée,
Et des fleurs du Printemps.

[…] 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

[…] 

Il n’est point tant d’envie,
Ni tant de divers noms,
Tant d’arène d’Asie,
Ni de grains de sablons,
Que j’ai de triste oppresse,
Pour ma belle Maîtresse,
Mais las ! hélas !
Ce qui plus fort me blesse,
Elle ne le croit pas.

[…] 

Qui veut nommer l’encombre,
Qui Amoureux me suit,
Qu’il fasse plutôt nombre
Des flambeaux de la nuit,
Des flots de la marée,
Quand elle est courroucée,
Des malcontents
La grand’ troupe amassée,
Et des fleurs du Printemps.

[…] 

 

En ligne le 11/10/09.
Dernière révision le 17/11/16.