Jean de LA JESSÉE (1551-?)
Ni le refus…
Anvers, Christofle Plantin, 1583.

«««

textes de
La Jessée

»»»


«««

dispo­sition du
pré­ambule
(vers 1-12)

»»»


«««

topos des
agré­ments

»»»

Ni le refus des Nymphettes craintives,
Ni le pourchas des Satyres pelus,
Ni la fraîcheur des verts bois chevelus,
Ni la fierté des bêtes fugitives.

Ni le tapis des printanières rives,
Ni la grosseur des hauts monts bosselus,
Ni le séjour des antres mousselus,
Ni le cristal des fontaines plus vives.

Ni le jargon des jasards Oisillons,
Ni le trésor des blondoyants sillons,
Ni l’appareil d’une pompe suivie.

Non des grands Rois la Cour, l’aise, ni l’heur,
Ne m’éjouit : ayant perdu la Fleur
Pour qui je suis et sans âme, et sans vie !

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Ni le refus des Nymphettes craintives,
Ni le pourchas des Satyres pelus,
Ni la fraîcheur des verts bois chevelus,
Ni la fierté des bêtes fugitives.

Ni le tapis des printanières rives,
Ni la grosseur des hauts monts bosselus,
Ni le séjour des antres mousselus,
Ni le cristal des fontaines plus vives.

Ni le jargon des jasards Oisillons,
Ni le trésor des blondoyants sillons,
Ni l’appareil d’une pompe suivie.

Non des grands Rois la Cour, l’aise, ni l’heur,
Ne m’éjouit : ayant perdu la Fleur
Pour qui je suis et sans âme, et sans vie !

«««  topos des agréments  »»»
 

En ligne le 15/02/08.
Dernière révision le 18/12/11.