Jean de LA JESSÉE (1551-?)
Le jeune Cerf navré…
Anvers, Christofle Plantin, 1583.

Le jeune Cerf navré d’une blessure fraîche,
Devançant les Veneurs porte son trait meurtrier :
Et l’Oiseau de sa fin Chantre, Augure, et Courrier,
Alléché de ses chants le trépas même allèche.

En Juin la verte fleur devient et morte, et sèche :
La fontaine ruisselle à son bord nourricier,
Le froidureux Serpent vit dans son chaud brasier,
Et la parole fuit plus vite qu’une flèche.

Ainsi tout Amoureux, et cent maux endurant,
Fuyard, plaintif, sec, moite, embrasé, murmurant,
Je cours, chante, fanis, écoule, ards, et murmure.

Je traîne, dis, ressens, jette, chéris, reçois,
Garrot, accord, langueur, onde, flamme, murmure,
En Cerf, Cygne, fleuron, eau, Salamandre, et voix.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Le jeune Cerf navré d’une blessure fraîche,
Devançant les Veneurs porte son trait meurtrier :
Et l’Oiseau de sa fin Chantre, Augure, et Courrier,
Alléché de ses chants le trépas même allèche.

En Juin la verte fleur devient et morte, et sèche :
La fontaine ruisselle à son bord nourricier,
Le froidureux Serpent vit dans son chaud brasier,
Et la parole fuit plus vite qu’une flèche.

Ainsi tout Amoureux, et cent maux endurant,
Fuyard, plaintif, sec, moite, embrasé, murmurant,
Je cours, chante, fanis, écoule, ards, et murmure.

Je traîne, dis, ressens, jette, chéris, reçois,
Garrot, accord, langueur, onde, flamme, murmure,
En Cerf, Cygne, fleuron, eau, Salamandre, et voix.

 

En ligne le 26/11/05.
Dernière révision le 23/01/11.