Olivier de MAGNY (1529-1561)
J’ai dit cent fois, PASCAL…
Paris, Vincent Sertenas, 1557.

«««

textes de
Magny

»»»


«««

dispo­sition du
pré­ambule
(vers 2-8)

»»»


«««

»»»


 

propos :
la constance dans le mal

 

J’ai dit cent fois, PASCHAL, et le veux dire encore,
Que plutôt l’Océan sans eaux demeurera,
L’agneau parmi les loups plutôt s’assurera,
Et sans fleurs en Avril seront Zéphire et Flore.

Plutôt d’eau de mon Lot blanchira l’on un More,
Et contremont plutôt son cours retournera,
Et l’Aurore au matin en Occident sera,
Et le Soleil au soir où se lève l’Aurore :

Que ce traître Bâtard de méchance rempli,
Fasse œuvre qui ne soit en malice accompli,
Veuf de grâce et d’honneur, et de rude pointure :

Et pourra ce grand Tout se faire un petit rien,
Plutôt que je le cèle, et que je veuille bien
À ce traître Bâtard de perverse nature.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

J’ai dit cent fois, PASCHAL, et le veux dire encore,
Que plutôt l’Océan sans eaux demeurera,
L’agneau parmi les loups plutôt s’assurera,
Et sans fleurs en Avril seront Zéphire et Flore.

Plutôt d’eau de mon Lot blanchira l’on un More,
Et contremont plutôt son cours retournera,
Et l’Aurore au matin en Occident sera,
Et le Soleil au soir où se lève l’Aurore :

Que ce traître Bâtard de méchance rempli,
Fasse œuvre qui ne soit en malice accompli,
Veuf de grâce et d’honneur, et de rude pointure :

Et pourra ce grand Tout se faire un petit rien,
Plutôt que je le cèle, et que je veuille bien
À ce traître Bâtard de perverse nature.

 

En ligne le 24/10/07.
Dernière révision le 11/12/16.