Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« lis »»»
 

Lis. Blanc, argenté, fleurissant, épani ou épanoui, beau, pâle, coloré, ouvert, riant, printanier, bruni, royal, blanchissant, peinturé, rosineux, pâlissant, fleuri, verdoyant.

Il n’y a fleur si haute que le Lis, car quelquefois sa tige a plus de trois coudées de long : La fleur est soutenue d’un col faible, et insuf­fisant à porter la charge de la tête : Sa blancheur est excel­lente sur toutes blancheurs : Davan­tage il n’y a plante qui multiplie plus que le Lis, parce qu’une seule racine produira plus de 50 côtes.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 150v° [Gallica, N0050715_PDF_307]
(texte modernisé).

[[Mon] lis. Nos amoureux transis […] en leurs écrits, princi­pa­lement vers celles dont ils espèrent obtenir quelque faveur, […] appellent [ainsi leur] amou­reuse ou amante.]

[Voir aussi ama­rante, amou­rettes, glaïeul, œillet, pavot, pensées, rose, violette…]























Lis. Blanc, argenté, fleurissant, espani ou espanoui, beau, palle, coloré, ouuert, riant, primtanier, bruni, roial, blanchissant, peinturé, rosineus, pallissant, fleuri, verdoiant.

Il n’i a fleur si haute que le Lis, car quelquefois sa tige à plus de trois coudees de long: La fleur est soustenue d’vn col foible, & insuf­fisant à porter la charge de la teste: Sa blancheur est excel­lente sur toutes blancheurs: Dauan­tage il n’i a plante qui multiplie plus que le Lis, parce qu’vne seule racine produira plus de 50. costes.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 150v° [Gallica, N0050715_PDF_307]
(texte original).

[[Mon] lis. Noz amoureus transis […] en leurs escrits, princi­pa­lement vers celles dont ils esperent obtenir quelque faueur, […] appelent [ainsi leur] amou­reuse ou amante.]

[Voir aussi ama­ranthe, amou­rettes, glaieul, oeillet, pauot, pensees, rose, violette…]