««« Fran­ce »»»

« France » dans :
Fon­taine
1555
~ Mon petit fils… [strophe 1]
Du Bellay
1569
~ Bravime esprit…
La Bode­rie
1571
~ S’il est vrai, mon Dorat…
Jo­delle
1574
~ Le dol longtemps couvé…
~ Je ne crains pas que Dieu…
Du Monin
1585
~ De Jupin, Mars, Phébus…
Pontay­me­ri
1594
~ Où sont vos yeux confus ?…
Expil­ly
1596
~ Autant que l’Océan…
~ Avant qu’une autre Dame…
Las­phrise
1597
~ Que béni soit le jour…
Grisel
1599
~ Plutôt le ciel voûté…
Nostre­dame
1606
~ Pensons un peu…

~#~














 

France. Perle du monde, indomp­table, fertile, belli­queuse, floris­sante, riche, salubre, docte, célèbre, féconde, géné­reuse, invin­cible, peuplée ou popu­leuse, école de vertu.

Ce mot géné­ra­le­ment pris signi­fie tout ce que le Roi de France domine, mais ce qui est en parti­cu­lier nommé le pays de France, comprend seule­ment ce qu’on appelle l’Île de France, et le pays de Goelle. Or combien que cela soit de petite éten­due, néan­moins il enclot cette grande et fameuse ville de Paris, dont l’excel­lence est telle que elle enno­blit le reste de la France, laquelle tant pour la tempé­ra­ture de l’air, ferti­li­té de la terre, abon­dance de tous genres de fruits, et autres innu­mé­rables commo­di­tés, que le Ciel plus prodi­ga­le­ment que libé­ra­le­ment lui a élar­gies, qu’aussi pour la piété, reli­gion, inté­gri­té de mœurs, profes­sion des bonnes lettres, justice équi­table, magna­ni­mi­té de courages et plusieurs vertus rares et antiques (qui est la vraie et solide louange) a toujours obte­nu sans contro­verse le premier lieu entre toutes les régions de l’Europe, et en est appe­lée Mère des arts, des armes, et des lois, et douce nourrice des hommes.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 107r° [Gallica, N0050715_PDF_220]
(texte modernisé).

[Alliés de la France, amis de la France. Suisses.]

[Français /-aise. Histoire, Seine, sonnet, style, vaillance ou vail­lan­tise.]

[Français Apol­lon. Tyard.]

[Grec-français. Baïf, Salel.]

[Illus­tra­teur de la langue française. Du Bellay.]

[Jardin de France. Touraine.]

[Nourrice de la France. Beauce.]

[Paradis de France. Anjou.]

[Peste de la France. Reîtres.]

[Pindare français. Ronsard.]

[Voir aussi Français et Alle­magne, Angle­terre, Espagne, Ita­lie…]






















«««  #  »»»

France. Perle du monde, indom­table, fertile, belli­queuse, floris­sante, riche, salubre, docte, celebre, fecunde, gene­reuse, inuin­cible, peuplee ou popu­leuse, escole de vertu.

Ce mot gene­ra­le­ment prins signi­fie tout ce que le Roi de France domine, mais ce qui est en parti­cu­lier nommé le païs de France, comprend seule­ment ce qu’on appelle l’Isle de France, & le païs de Goelle. Or combien que cela soit de petite esten­due, neant­moins il enclost ceste grande & fameuse ville de Paris, dont l’excel­lence est telle que elle enno­blit le reste de la France, laquelle tant pour la tempe­ra­ture de l’air, ferti­li­té de la terre, abon­dance de tous genres de fruits, & autres innu­me­rables commo­di­tez, que le Ciel plus prodi­ga­le­ment que libe­ra­le­ment lui a eslar­gies, qu’aussi pour la pieté, reli­gion, inte­gri­té de meurs, profes­sion des bonnes lettres, iustice equi­table, magna­ni­mi­té de courages & plusieurs vertus rares & antiques (qui est la vraie & solide louange) à tousiours obte­nu sans contro­uerse le premier lieu entre toutes les regions de l’Europe, & en est appel­lee Mere des arts, des armes, & des loix, & douce nourrice des hommes.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 107r° [Gallica, N0050715_PDF_220]
(texte original).

[Alliez de la France, amis de la France. Suisses.]

[François /-oise. Histoire, Seine, sonnet, style, vaillance ou vail­lan­tise.]

[François Apollon. Pontus de Thiard.]

[Grec-françois. Baïf, Salel.]

[Iardin de France. Touraine.]

[Illustra­teur de la langue françoise. Bellay.]

[Nourrice de la France. Beauce.]

[Paradis de France. Aniou.]

[Peste de la France. Reistres.]

[Pindare françois. Ronsard.]

[Voir aussi François et Ale­maigne, Angle­terre, Espagne, Ita­lie…]