Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« France »»»

« France » dans :
Fontaine
1555
~ Mon petit fils… [strophe 1]
Du Bellay
1569
~ Bravime esprit…
Jodelle
1574
~ Le dol longtemps couvé…
~ Je ne crains pas que Dieu…
Du Monin
1585
~ De Jupin, Mars, Phébus…
Pontaymeri
1594
~ Où sont vos yeux confus ?…
Expilly
1596
~ Autant que l’Océan…
~ Avant qu’une autre Dame…
Lasphrise
1597
~ Que béni soit le jour…
Grisel
1599
~ Plutôt le ciel voûté…
Nostredame
1606
~ Pensons un peu…

~#~














 

France. Perle du monde, indomp­table, fertile, belli­queuse, floris­sante, riche, salubre, docte, célèbre, féconde, géné­reuse, invin­cible, peuplée ou popu­leuse, école de vertu.

Ce mot géné­ra­lement pris signifie tout ce que le Roi de France domine, mais ce qui est en parti­culier nommé le pays de France, comprend seulement ce qu’on appelle l’Île de France, et le pays de Goelle. Or combien que cela soit de petite étendue, néanmoins il enclot cette grande et fameuse ville de Paris, dont l’excel­lence est telle que elle ennoblit le reste de la France, laquelle tant pour la tempé­ra­ture de l’air, ferti­lité de la terre, abon­dance de tous genres de fruits, et autres innu­mé­rables commo­dités, que le Ciel plus prodi­ga­lement que libé­ra­lement lui a élargies, qu’aussi pour la piété, religion, inté­grité de mœurs, profession des bonnes lettres, justice équi­table, magna­ni­mité de courages et plusieurs vertus rares et antiques (qui est la vraie et solide louange) a toujours obtenu sans contro­verse le premier lieu entre toutes les régions de l’Europe, et en est appelée Mère des arts, des armes, et des lois, et douce nourrice des hommes.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 107r° [Gallica, N0050715_PDF_220]
(texte modernisé).

[Alliés de la France, amis de la France. Suisses.]

[Français /-aise. Histoire, Seine, sonnet, style, vaillance ou vaillan­tise.]

[Français Apollon. Tyard.]

[Grec-français. Baïf, Salel.]

[Illus­trateur de la langue française. Du Bellay.]

[Jardin de France. Touraine.]

[Nourrice de la France. Beauce.]

[Paradis de France. Anjou.]

[Peste de la France. Reîtres.]

[Pindare français. Ronsard.]

[Voir aussi Français et Alle­magne, Angle­terre, Espagne, Italie…]























France. Perle du monde, indom­table, fertile, belli­queuse, floris­sante, riche, salubre, docte, celebre, fecunde, gene­reuse, inuin­cible, peuplee ou popu­leuse, escole de vertu.

Ce mot gene­ra­lement prins signifie tout ce que le Roi de France domine, mais ce qui est en parti­culier nommé le païs de France, comprend seulement ce qu’on appelle l’Isle de France, & le païs de Goelle. Or combien que cela soit de petite estendue, neantmoins il enclost ceste grande & fameuse ville de Paris, dont l’excel­lence est telle que elle ennoblit le reste de la France, laquelle tant pour la tempe­ra­ture de l’air, ferti­lité de la terre, abon­dance de tous genres de fruits, & autres innu­me­rables commo­ditez, que le Ciel plus prodi­ga­lement que libe­ra­lement lui a eslargies, qu’aussi pour la pieté, religion, inte­grité de meurs, profession des bonnes lettres, iustice equi­table, magna­ni­mité de courages & plusieurs vertus rares & antiques (qui est la vraie & solide louange) à tousiours obtenu sans contro­uerse le premier lieu entre toutes les regions de l’Europe, & en est appellee Mere des arts, des armes, & des loix, & douce nourrice des hommes.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 107r° [Gallica, N0050715_PDF_220]
(texte original).

[Alliez de la France, amis de la France. Suisses.]

[François /-oise. Histoire, Seine, sonnet, style, vaillance ou vaillan­tise.]

[François Apollon. Pontus de Thiard.]

[Grec-françois. Baïf, Salel.]

[Iardin de France. Touraine.]

[Illustrateur de la langue françoise. Bellay.]

[Nourrice de la France. Beauce.]

[Paradis de France. Aniou.]

[Peste de la France. Reistres.]

[Pindare françois. Ronsard.]

[Voir aussi François et Ale­maigne, Angle­terre, Espagne, Italie…]