««« ri­va­ge ou rive »»»

« litus » ou « lito­ra » (latin), « rives » ou « rive », « ri­vages » ou « ri­vage » dans :
Ovide
1er siècle [1492]
~ Quot lepo­res in Atho… (Autant que de lièvres sur l’Athos…)
~ Litora quot conchas… (Autant qu’il y a de coquil­lages…)
Ma­rulle
1497
~ Non tot Attica mella… (L’Attique n’a pas tant de miel…)
Phi­lieul
1548 [1555]
~ Ayant parfois honte… (Canz., 20)
Du Bellay
1549
~ Qui a nombré…
~ Qui a vu les Lis, et les Roses…
1550
~ Déjà la nuit…
Ron­sard
1553
~ Un grand rocher…
1555
~ Autant qu’un rivage a…
Belleau
1572
~ Qu’on mesure l’eau des rivières…
Jean de La Taille
1573
~ Quel plaisir puis-je avoir…
Gadou
1573
~ Eure, gentil ruisseau…
Jo­delle
1575
~ Ton Neptun mon binet
de Brach
1576
~ Mais qui pourrait compter…
~ Le Loir marque les bords…
Le Loyer
1576
~ Hé, Cruelle, ne veux-tu pas…
La Jessée
1583
~ Que toutes nos forêts…
~ Ni le refus…
Jacques de Romieu
1584
~ Qui comptera les fleurs…
Joseph Du Chesne
1584
~ Que plutôt les Autans…
Bi­rague
1585
~ Si quand le corps…
~ Du vagueux Océan…
~ Qui compte­ra les fleurs…
Isaac Habert
1585
~ Qui voudrait racon­ter…
~ Autant qu’on voit la nuit…
Expil­ly
1596
~ Autant que l’Océan…
Grisel
1599
~ Si vous comptez les flots…
Angot
1603
~ Ni l’Hiver refroi­di…
Vauque­lin
1605
~ Ni les beaux lis plantés…
Claude Gar­nier
1609
~ Toujours la nuit…
~ Ces feux jumeaux…
~ Je compte­rais…
Mar­beuf
1628
~ Et la mer et l’amour…

~#~














 



















«««  #  »»»